Le Sénat vote un avis favorable pour le retour aux 90 km/h en fonction des départements

Par
9 414
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Dans le cadre de la loi Mobilités, l’amendement qui permettrait aux représentants locaux de fixer la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires a été validé par le Sénat, et ce contre l’avis du gouvernement.

Depuis plusieurs semaines, l’opposition entre le Sénat et l’Assemblé nationale n’a jamais semblé aussi vive sous fond d’affaire Benalla qui dépasse tout entendement. Cependant, la vie républicaine continue et un autre point de divergence s’est créé autour de la fameuse loi Mobilités, en l’occurrence la fameuse limitation de vitesse sur les routes secondaires.

Au mois de juillet dernier, le gouvernement faisait gronder les associations d’automobilistes en instaurant la limitation de vitesse à 80 km/h. Une mesure qui a divisé au sein même de Matignon et de l’Élysée, au point même qu’une marche arrière pouvait être envisagée.

En effet, lors du débat public réalisé à Grand Bourgtheroulde au mois de janvier dernier, Emmanuel Macron avait avoué sa volonté de trouver « une manière plus intelligente de mettre en œuvre » cette limitation. Au contraire, le Premier ministre Edouard Philippe ne compte pas la modifier. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait demandé le retrait de cet amendement et souhaiterait attendre la fin de l’évaluation des deux années de test des 80 km/h avant de changer quoique ce soit.

Retour aux 90 km/h : le Sénat veut donner la main aux départements, contre l’avis du gouvernement. Crédit photo : Shutterstock / PHILIPIMAGE

En tout cas, ce mardi 26 mars, le Sénat s’est prononcé en faveur de l’amendement qui donnerait le pouvoir aux présidents des conseils départementaux et aux préfets de choisir les limitations de vitesse sur les routes départementales et sur les routes nationales, selon Public Sénat. Le sénateur LR, Michel Raison, a évoqué un « amendement de cohérence » dans le but « d’apaiser le pays » et non de « faire obstruction au travail du gouvernement ».

De son côté, l’association « 40 Millions d’automobilistes » a exprimé, à travers un communiqué, sa grande satisfaction concernant ce vote sénatorial.

Si cet amendement devra d’abord être voté également par l’Assemblé Nationale, qui examinera le texte en juillet, sa validation signifierait que la disparition partielle de la limitation à 80km/h pourrait bel et bien se faire.

Un nouveau jeu vidéo en monde ouvert vous propose d'incarner... un chat
Source : Public Sénat
Sénat Gouvernement Sécurité routière
Commentaires