Syrie : La ville de Raqqa libérée par l'alliance anti-Daech

Par
505
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mardi, l’alliance anti-Daech a annoncé la prise totale de la ville de Raqqa, qui était la capitale auto-proclamée de l’État islamique depuis 2014.

La guerre n’est pas encore gagnée mais une importante bataille a été remportée par la coalition anti-djihadistes, soutenue par les États, après quatre mois de combats acharnés. Aujourd’hui, les Forces démocratiques syriennes ont repris « le contrôle total » de la ville selon Talal Sello, un porte-parole de cette alliance qui mêle des combattants kurdes et arabes.

« Il y a actuellement des opérations de ratissage pour éliminer les cellules dormantes, si on en trouve, pour déminer la ville », ajoute-t-il en précisant que les FDS devront « publier un communiqué officiel pour annoncer la libération de la ville ».

Ce matin, les Forces démocratiques syriennes ont reconquis un hôpital et un stade municipal dans le centre de Raqqa, les deux dernières enceintes où s’étaient retranchés quelques dizaines de djihadistes étrangers.

Malgré elle, Raqqa restera comme le symbole des atrocités de l’État islamique (décapitations, rapts, viols), là où ont été planifiés la plupart des attaques dans plusieurs pays, notamment en Europe.

Bulent Kilic / AFP

Désormais, un accord négocié par des responsables locaux et des représentants tribaux autorise les djihadistes syriens à quitter la ville, tandis que les civils ont été évacués. Selon FDS, ce sont près de 275 djihadistes syriens et leurs familles qui ont été évacués.

Qu’en sera-t-il désormais des djihadistes étrangers détenus comme prisonniers par la coalition ? Leur sort est bien différent puisque la coalition n’autorise pas ces combattants à quitter Raqqa : « La dernière chose que nous voulons, c’est que les combattants étrangers soient libérés et qu’ils puissent retourner dans leur pays d’origine et causer plus de terreur » indiquait le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition.

Pour prendre le relais, Raqqa devrait être gérée temporairement par la coalition arabo-kurde, ce qui ne sera pas une mince affaire puisque les Arabes et les Kurdes ont des intérêts bien différents. En parrallèle, les djihadistes qui ont fui Raqqa se sont probablement réfugié à Der Ezzor ou Al Boukamal, qui sont les deux derniers bastions syriens de Daech.

Durant ces quatre mois de combats à Raqqa, il y a eu près de 3250 morts dont 1130 civils selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. Cette défaite des djihadistes s'ajoute à celles de Mossoul, Tall Afar en Hawija (Irak) et Al-Mayadine (Syrie).

VIDEO : Un Américain réalise un incroyable saut pour sauver son fils de la noyade
Syrie
Commentaires