On est allé à la rencontre de cette artiste qui crée des peluches d'animaux méconnus ou mal-aimés pour lutter en faveur de la diversité !

Par
50
Partages
inscription newsletter

Newsletter

Nycticebus, quokka, chat de Pallas… Méconnus ou mal-aimés, ces adorables animaux sont dorénavant ramenés sur le devant de la scène grâce à l'artiste Helena Cailleaux.

Entre les mains d'Helena, des animaux des quatre coins du monde troquent leurs poils et leurs plumes contre une douce parure de laine. À sa manière, l'artiste lutte en faveur de la biodiversité munie de son aiguille, sa pelote et tout son amour.

Nous sommes allés à sa rencontre afin qu'elle puisse nous en dire plus sur son travail original et plein de tendresse.

Attendrissants, impossible de ne pas craquer face à leurs bouilles et leurs yeux pétillants, les rendant presque vivants. Helena nous en parle ci-dessous, et si jamais vous craquez pour l'un d'eux, ou avez envie d'un animal en particulier comme une peluche de votre animal de compagnie, vous pourrez faire toutes vos demandes sur son Etsy juste ici.

Une chose est sûre, c'est une idée de cadeaux qui réchauffera à coup sûr nos petits cœurs.

Helena Cailleaux

Bonjour Helena, nous sommes heureux que tu te confies à nous. Tu réalises des peluches. Parfait en cette période enneigée où l'on a besoin de se réchauffer les cœurs. Peux-tu nous parler de ton travail de confectionneuse d'amour en laine ?

Je fabrique à la main et sur demande des animaux en laine feutrée (ou cardée). Chaque animal est unique, même si vous me demandez deux fois un renard, ils auront forcément des petites différences. La taille varie selon la demande mais reste comprise entre 10 cm et 25 cm de haut.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J'ai démarré mes études par du game design et de la modélisation 3D (ce qui me sert aujourd'hui pour visualiser l'animal dans ma tête quand je n'ai qu'un tas de laine brute devant moi). J'ai ensuite continué un master en illustration (ce qui donne à mes animaux un petit côté cartoon) et je suis maintenant illustratrice freelance.

Helena Cailleaux

Tu es donc illustratrice à la base, pourquoi élargir ta pratique à la confection en laine ? Quelles différences y vois-tu ?

En tant qu'illustratrice, je travaille principalement au numérique et pouvoir retrouver la matière et le toucher quand je confectionne mes peluches est très agréable.
Pour moi les deux se complètent, la 2D et la 3D, le numérique et la matière, l'impression et l'objet.

Tu as appris toute seule ? Comment t’y prends-tu ?

Oui, j'ai appris seule après avoir vu une ou deux peluches sur le net. Mais contrairement aux miennes, elles avaient une structure en métal à l'intérieur. Mes animaux sont entièrement faits à la main avec de la laine 100 % française.

Je façonne la laine grâce à une aiguille harpon (une aiguille avec des microdents) puis je plante l'aiguille dans la laine et celle-ci va s'emmêler et devenir dense (un peu comme un nœud dans les cheveux, mais en plus mignon).

Helena Cailleaux

D’où te vient cette passion pour les animaux méconnus ?

Avec mes peluches (mais aussi mes dessins) je cherche à montrer qu'il y a beaucoup plus que ce que l'on nous montre. J'adore découvrir de nouvelles espèces dont on parle peu ou pas. Je cherche aussi à montrer par le biais de ces animaux étranges que la différence est une richesse que l'on doit cultiver. Je veux montrer que ce que l'on trouve étrange ou laid ne l'est pas forcément, que ce n'est qu'une question de regard. Si on change ce regard, on peut voir la beauté de toutes et de tous.

Helena Cailleaux

Tes peluches attendrissent petits et grands. As-tu un public privilégié ?

Je vends surtout à des adultes (enfin, de grands enfants), principalement à l'étranger. Plus de la moitié de mes animaux vivent en Amérique du Nord maintenant.

Mes peluches ne sont pas destinées aux jeunes enfants car elles ne sont pas cousues du coup si on tire dessus elles vont se détacher et l'enfant trop jeune risque de s'étouffer avec la laine.

Helena Cailleaux

Quelle relation gardes-tu avec tes peluches et tes clients ?

J'essaie de garder le contact, ou en tout cas je demande une photo de ma peluche dans son nouvel environnement, mais ce n'est pas toujours fait.

J'aime beaucoup découvrir comment les gens s'approprient la bestiole et les voir dans un autre univers que celui de mon salon.

Helena Cailleaux

As-tu un animal favori ?

J'en ai plusieurs, l'ornithorynque, le paresseux et le kakapo, mais je n'ai eu l'occasion que d'en faire deux sur trois pour l'instant.

Flamouyete Sergiodelgado via Wikimédia CC / Mark Carwardine/NPL/Minden

C’est bientôt Noël, où pouvons-nous retrouver tes superbes peluches ?

Mes peluches sont à vendre sur mon Etsy. On peut y acheter des animaux déjà conçus ou y passer commande pour un animal que je n'aurais pas déjà fait ou avec des particularités (d'après votre animal de compagnie par exemple). Vous pouvez aussi retrouver des photos de la création des animaux ainsi que mes illustrations sur ma page Instagram.

Merci Helena ! Un dernier petit mot ?

Ornithorynque ? Ça marche ?

Helena Cailleaux

Commentaires