10 aliments ultra-hypes que les hipsters s'arrachent : un article garanti 100% gluten-free (les photos ne sont pas prises avec un Polaroid)

Par
1 188
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le mystère a assez duré : qui se cache derrière votre pote hipster, cet amoureux inconditionnel des chemises à fleurs, des appareils photo jetables et des groupes indés que personne ne connaît à part lui ? Un gros fan de bouffe. Et franchement, parfois, ça relève du mysticisme, entre nous.

(Si vous ne comprenez pas certains mots, on a mis des liens Wikipedia pour vous aider à traduire, car on est sympas)
@Palmashow
Le hipster est, pour le commun des mortels, ou du moins pour vous, ce type ultra-stylé que vous admirez en secret, celui qui fréquente toutes les salles underground de la ville, qui parvient à saisir l’indicible sens que recèle ce film italiano-coréen qui passe sur Arte la nuit et qui ne se déplace jamais sans son fixie vintage (sans freins, bien entendu).

Votre pote hipster est un fan invétéré de lo-fi, toujours à la recherche d’une nouvelle pépite dream pop sur le dark side de Youtube, et il travaille dans « la créa ». Une reconversion nécessaire, suite au flop de son groupe post-rock aux influences shoegaze. Son intérieur regorge de vinyles aux visuels psychédéliques qu’il achète sans écouter, et il porte des bonnets jacquard tricotés par sa grand-mère et des panamas chopés en fripe, même lorsqu’il fait 40°c à l’ombre.

Inséparable de son Polaroid Supercolor blanc qu’il fait semblant d’avoir chouré à ses parents (mais qu’il a juste shoppé chez Urban Outfitters), il prend sous vos yeux une photo de sa soupe aux piments de Cayenne, sa petite spécialité qu’il vous fait l’honneur de déguster ce soir.

Seulement voilà : l’idée même de mettre une cuillère de cette mixture sombre dans votre bouche vous fait grimacer d’effroi. N’ayez pas honte, relevez la tête : même Bear Grylls ferait la gueule, alors qu’on sait très bien qu’il ne dirait pas non à des testicules de bouc.

Oui, ce n’est qu’une question de minutes : vous allez reposer ce plat de pâtes à la carbonara. Votre pote n’est pas offusqué par la quantité de crème fraîche et de lardons, c’est juste qu’il y a du gluten dans les pâtes, et le gluten, c’est le MAL, sachez-le.

On s’est donc dit qu’il était bon de passer en revue ses kiffs et ses coups de cœur, histoire que vous puissiez anticiper ses réactions. Attention: cet article est garanti 0% cliché (on les a dévorés pendant le brunch, ce matin/midi, de toute façon). Déso, pas déso, les gars.

Les 10 kiffs du hipster :

1. Les burgers dans un vrai restau, oui. Pas autre part, d’accord ? « Parce que ça a un autre goût, tu comprends ? »
@Younganddraw
Contre toute attente, votre pote hipster a d’autres occupations que de prendre des selfies de lui dans la Mirror Room de Yayoi Kusama, quand il part en virée à New York (ou Londres. Ou Berlin, car c’est ouf Berlin, tu devrais essayer, l’ambiance est dingue). Oui, il brunche, bien entendu, quand il n’achète pas de vinyles, ou ne réalise pas quelques visuels pour un festival d’art contemporain. Il est aussi à la recherche DU burger original de la ville, pour en faire son QG. Il s’agit généralement de burgers sans pain, sans viande, sans fromage, sans salade, un ghost burger, en fait. Mais un ghost burger SANS GLUTEN.


2. Le petit brunch à 37,90€ qui met bien. Revivifiant. Revigorant. “Attends, ça va. C’est pas si cher que ça...”
@silverstories
Si vous vivez dans le Cotentin ou bien dans la Creuse, retenez simplement que le brunch est un repas copieux que l’on prend généralement en fin de matinée ou en début d’aprem. Le but est de combiner le petit-déj avec le repas du midi, alliant ainsi le sucré et le salé. Le hipster aime quant à lui assembler la douce saveur des baies de goji à ses germinations préférées, entre deux tranches de pancakes SANS GLUTEN et un matcha latte pour bien commencer la journée.

Car il faut le mentionner, le hipster est une personne très ouverte d’esprit, qui refuse d’être inscrite dans des cases. Elle aime porter la jupe avec les baskets, la 5e symphonie de Mahler en do mineur et « Toxic » de Britney Spears, prendre des photos sur Instagram et aller développer son appareil jetable, les festivals 100% pour l’environnement, mais jamais sans embarquer son smartphone doté d’une coque hyper-stylée made in Taiwan.


3. Les food-trucks, pour diversifier son palais.
@blogto
Le hipster est une personne ultra-busy : il doit allier son nouveau job de Social Media Entertainment Project Manager Bullshit et son activité de bassiste dans un projet top secret de groupe de garage rock (il a déjà créé un event sur Facebook).

Stimuler sa créativité en faisant voyager son estomac est donc un plus. Et le food-truck est l’occasion rêvée de diversifier son palais, avec des spécialités venues d’ailleurs. Peut-être même que ce plat indien et ses épices lui ouvriront deux trois chakras : parfait pour créer un son saturé en casant un sitar dans le coin, personne n’y a pensé, c’est sûr.


4. Les légumes dont personne n’a jamais entendu parler, pas même votre grand-tante, et Dieu sait à quel point elle n’est pas jeune.
@grocerygalblog
Les blettes, le rutabaga, le chou-kale, le chou romanesco, les topinambours, le panais, bref, tous ces légumes aux noms qui nous feraient penser à une incantation magique africaine, font partie intégrante de l’alimentation de votre pote hipster.

Ces légumes, qui feraient pâlir de dégoût votre petit neveu de 5 ans et demi, ont en effet autant de goût que le chewing-gum que vous mâchez depuis 11h30 ce matin (et que vous avez collé sur la table pour manger ce midi. On vous voit. Et on vous juge).


5. Le quinoa et la baie de goji : les mots magiques.
@Palmashow
Quinoa et baie de goji… Quoi, ça ne vous dit rien ? Non, ce n’est absolument pas le nom d’un dessin animé qui passe sur Gulli. Le premier est une plante, censée remplacer vos méchantes pâtes bourrées de GLUTEN (et le Gluten, c’est LE MAL, rappelez-vous). On vous conseille tout de même de ne pas écouter votre pote et de les assaisonner un peu quand même (pour votre bien).

Pour ce qui est de la baie de goji, c’est un peu de la magie en barre à mettre d’urgence dans le panier de son fixie. On raconte en effet que la baie de goji soigne les arthroses, agit sur la libido, le vieillissement, la tension artérielle, le stress, les chakras, le porte-monnaie, l’intelligence, la beauté, la liberté et l’égalité dans le monde, mais aussi sur le port de ballerines et de sous-pulls dans la rue et le métro.


6. Les plats gluten-free : vade retro glutenas !
@quickmeme
Notre époque subit un grand fléau, que nos grands-parents, les pauvres, n’ont pas vu venir : l’intolérance au gluten généralisée du côté de la communauté arty-underground-indé.

En effet, les problèmes de mauvaise digestion semblent toucher fortement votre ami hipster, qui, lorsque vous lui cuisinez un bon petit plat, s’interroge davantage sur la présence de gluten que sur son goût. Car, ne l’oubliez pas, ce n’est pas le goût qui importe ici. C’est 1) l’absence de gluten, et 2) son éventuelle instagrammité (l’aptitude d’un plat à être instagrammable, ou non).


7. Les cocktails, les soupes, les glaces, et les cafés, tous avec des pipettes.
@Twitter/IncrediblyRich
Et pas du café arabica, hein, comme toute personne normalement constituée, non. Personne ne boit du robusta, alors forcément, vous vous imaginez bien que votre ami s’en donne à cœur joie, entre deux promenades digestives au parc.

Bon, pour l’histoire des pipettes, on ne sait pas trop d’où ça vient, ni ce que c’est réellement. Mais apparemment, certains préfèrent boire leurs cocktails de manière progressive, pour sans doute prendre le temps de déguster chaque ingrédient, un par un. Tout un concept.


8. Des barres vitaminées qui n’ont pas de goût (mais c’est bon pour la santé, donc ça va).
@purefoodlove
Vous rêvez de Patrick Fiori ? Lui rêve de Coachella. Vous aimez le pot-au-feu, il préfère déguster un matcha latte accompagné d’une barre vitaminée aux noix du Brésil (chauffés au pistil de safran). Tout semble vous séparer. Oui, cette chose que vous venez de manger est indigeste. Et non, vous n’allez pas nous faire croire que vous êtes rassasié et que vous pétez la forme avec ce machin tout pâteux que vous essayez tant bien que mal de mâcher.


9. Tous les restaus avec des plats instagrammables.
@Tumblr/Pohtpof
En bon blogueur mode lifestyle vêtu de son kimono à motifs géométriques et orné de son imposant septum au nez, déguster son macciatto n’est pas une affaire de goût et de délices pour le palais. Non, le but est tout bêtement et simplement de foutre le seum à ses followers sur Instagram, ni plus ni moins. Et ici, il n’y a pas de #nofilter qui tienne, on vous prévient.


10. Les smoothies aux épinards et à la banane pour garder la forme. Ou pour faire genre.
@lamandorle
On a tous déjà bu un smoothie au moins une fois. Aux fruits, le plus généralement. Mais alors, le coup du smoothie aux épinards et à la banane, ça, on ne l’a pas trop planifié, on avoue. Drôle de mariage entre ce fruit à la forme phallique et le légume qui a traumatisé nos midis à la cantine. Mais voilà, c’est vachement conceptuel. Vous connaissez la suite.


Promis, on ne met personne dans des cases. De toute façon, n’oubliez pas : on est tous le hipster de quelqu’un. Et le shoegaze, c’est quand même vachement cool.
Les députés votent l'ouverture de la PMA à toutes les femmes
Commentaires