Découvrez le miel... au cannabis ! Vos pauses thé ne seront plus les mêmes

463partages
Non, vous ne rêvez pas : Nicolas Trainerbees, serrurier de 39 ans, apiculteur à ses heures perdues, réalise du miel… à base de cannabis. Un projet étonnant et complètement dingue.
@Instagram/NicolasTrainerbees
Nicolas Trainerbees est un militant du cannabis thérapeutique depuis de longues années. Ce serrurier de profession passe en effet le plus clair de son temps libre à observer les quelque 30 ruches qu’il possède, et à confectionner du miel d’un autre genre : car le miel est composé… de cannabis. Incroyable !

Passionné de nature depuis toujours, ce français de 39 ans dédie sa vie à « l’instruction de tout type d’animaux ». En effet, il s’occupe d’araignées, de lézards, ou encore de fourmis… Tout un programme !

Autodidacte dans le monde de la biologie animale, il a décidé depuis peu de lancer le « cannahoney », ou encore « miel au cannabis », un liquide à ingérer uniquement à des fins « thérapeutiques », d’après ses dires. Car selon Nicolas, « tout ce passe à travers le corps d’une abeille s’améliore ». Leurs enzymes transforment le nectar en miel désiré, et la résine se transforme en propolis, qui est un antiseptique, très bon pour la santé.
@Instagram/NicolasTrainerbees
Mais n’ayez crainte ! La résine n’aurait aucune incidence sur la santé des bêtes ! « Les abeilles qui produisent la cannahoney  ne sont pas affectées par les cannabinoïdes parce qu’elles n’ont pas de système endocannabinoïde ». Nous voilà donc rassurés.

Comment réaliser cet exploit délirant ? L’homme raconte qu’il a « entraîné » les abeilles à la « cueillette du sucre des fruits », au lieu de se tourner vers les fleurs, comme elles le font en temps normal. À force d’observer le fonctionnement des insectes, leurs comportements et leurs ruches, l’apiculteur a su comment les attirer vers la résine. Magique !

Nicolas Trainerbees possède près de 30 ruches : les ¾ sont utilisées pour son projet farfelu. Mais face aux restrictions en France, l’homme ne peut développer son affaire comme il le souhaiterait et envisage de déménager à l’étranger pour vivre pleinement sa passion.
@Instagram/NicolasTrainerbees
En France, la consommation et la culture de cannabis sont en effet interdites. L’Espagne serait la prochaine destination convoitée de l’homme, car la culture du cannabis y est une activité tolérée, à condition qu’elle ne soit pas menée à des fins de trafic. Nicolas pourrait ainsi faire pousser ses plantes en pleine nature : une aubaine, pour l’apiculteur, qui doit aujourd’hui transporter les plantes près des ruches pour que les abeilles récoltent leur pollen.

Par ailleurs, Nicolas Trainerbees souhaite se rapprocher des professionnels du secteur afin de développer sa production, mais aussi analyser son miel afin de lancer sa consommation.

Mais Nicolas Trainerbees fait déjà beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Facebook ou sur son compte Instagram, où fleurissent des photos pour le moins insolites d’abeilles qui butinent la fameuse résine et des plats préparés par l’apiculteur, garnis du fameux miel de cannabis.
@Instagram/NicolasTrainerbees
Selon les dires de l’homme, le miel aurait un goût « agréable et délicieux », celui de la plante fraîche, qui varie en fonction des récoltes. Mais, est-il possible de goûter à la mixture ? À l’heure actuelle, cela semble encore compliqué, car les analyses du miel ne sont pas assez détaillées afin de déterminer le bien-fondé de ses vertus. Mais d’après Nicolas Trainerbees, quelques personnes de son entourage qui ont déjà goûté au « cannahoney » se sont senties beaucoup mieux après en avoir consommé.

On voudrait bien le croire.
En vidéo : Violences conjugales, des publicités aussi violentes que ce qu'elles dénoncent
Plus d'articles
Dernières news
En ce moment