Repas de Noël : pourquoi mange-t-on une bûche au dessert ?

Bouton whatsapp

Servie comme un dessert incontournable lors des repas de Noël, la bûche pâtissière a une origine bien ancienne. D’où vient-elle ? Pourquoi la mange-t-on exclusivement pour Noël ? On vous dit tout.

Certaines traditions sont tellement ancrées qu’on en oublie souvent leurs origines. Et les traditions sont nombreuses à Noël comme la fameuse bûche qui arrive généralement en tant que dessert après un repas bien copieux.

À voir aussi

Shutterstock

Aujourd’hui, elle se décline sous de nombreuses formes et saveurs mais d’où vient cette idée de servir une bûche pâtissière pour célébrer Noël ? Et pourquoi une bûche ? La question mérite d’être posée puisqu’on ne le sert, vraiment, exclusivement, à Noël et à aucun autre moment de l’année.

La bûche, du rite païen au dessert de Noël

La bûche pâtissière aurait une origine très lointaine qui trouverait ses racines dans un rite païen que l’on appelle la fête de Yule. Yule est une fête du solstice d’hiver occidentale provenant des peuples nordiques et lors de laquelle ils avaient pour tradition de mettre dans le feu une bûche de bois dans le foyer à l’occasion de la nuit la plus longue de l’année.

Cette fête a ensuite été associée aux fêtes de Noël depuis la christianisation des peuples germaniques et balto-finnois. Ainsi, au Moyen-Âge, la tradition chrétienne s’est invitée dans ce rituel païen et la bûche était placée dans le foyer en hommage à Jésus, dont célébrait la naissance dans une étable.

On choisissait alors une grosse bûche, de préférence issue d’un bois d’un fruitier pour symboliser son abondance, afin qu’elle dure plusieurs jours. Par la suite, la bûche va passer du feu à la table. En effet, à partir du XIXème siècle, on a commencé à poser une véritable bûche de bois au milieu de la table et des convives comme décoration.

Cependant, impossible de déceler quand est-ce que la bûche est devenue pâtissière mais c’est bien au XIXème siècle qu’elle s’est démocratisée. Ensuite, après la Libération, elle a commencé à devenir un dessert incontournable entre 1945 et 1950.

Shutterstock

Sa recette traditionnelle se compose d’un biscuit génois de crème au beurre et roulé tandis qu’un glaçage permettait au gâteau d’avoir l’aspect d’une bûche. Depuis, elle est restée une fidèle accompagnatrice des fins de repas et un Noël sans bûche, c’est un peu comme Pâques sans chasse aux œufs, inimaginable !

Bouton whatsapp