Ce parking à 450 000 € presque vide : «C'est de l'argent public jeté par les fenêtres»

Bouton whatsapp

Dans la baie du Mont-Saint-Michel, la construction d’un nouveau parking géant peine à être remplie par les touristes qui continuent de se garer à Hirel, sur le littoral, où le stationnement est interdit.

“C’est de l’argent public jeté par les fenêtres !”. Pierre Lebas, président des Amis du rivage de la baie, ne décolère pas. La raison ? La construction d’un parking à Hirel, supposé remplacer celui situé sur l’estran de la baie du Mont-Saint-Michel, n’a pas eu l’effet escompté.

En effet, les automobilistes venant visiter le célèbre site naturel continuent généralement de se garer sur le Domaine Public Maritime, où le stationnement n’est plus autorisé depuis 2010. Ainsi, la commune d’Hirel a fait construire un nouveau parking contenant une centaine de places et qui a coûté 450 000 euros. Seulement voilà, ce spot de stationnement est toujours boudé par les touristes.

Pourtant, ce n’est pas faute d’installer des panneaux de signalisation interdisant le stationnement. Une réglementation tout simplement pas respectée : “L’État déplore autant plus cette situation que nous avons financé au titre de la DETR (la dotation d’équipement territoires ruraux) le parking en rétrolittoral”, explique Philippe Brugnot, sous-préfet de Saint-Malo, qui confirme que le parking était quasi vide durant tout le long week-end de l’Ascension malgré la présence de nombreux touristes.

Crédit photo : Le Pays Malouin

La commune d’Hirel, la “lanterne rouge” ?

Ce manque de respect de la signalisation serait imputable à la commune d’Hirel selon Pierre Lebas qui précise que la fin du stationnement sur le Domaine Public Maritime avait été décidé en… 1999, dans le cadre de l’Opération Grand Site : “Ça fait 25 ans que ça dure !”.

En effet, selon lui, la commune d’Hirel a traîné les pieds afin de proposer des alternatives, contraignant les automobilistes à garder ce mauvais réflexe de se garer sur le Domaine Public Maritime : “Il a fallu la révision du Plan local d’urbanisme et que l’État force à stopper ce stationnement sauvage. Deux ans après, la mairie a confié le projet de parking à un bureau d’études”.

Crédit photo : iStock

Le parking a finalement vu le jour au mois de mai 2023 et un an après son ouverture, il est toujours autant boudé : “On a senti une réticence pour accélerer le mouvement à Hirel. C’est la lanterne rouge sur ce sujet. Le sous-préfet et le préfet doivent intervenir pour stopper le stationnement”, insiste Pierre Lebas.

Désormais, la balle est dans le camp du sous-préfet qui affirme faire tout ce qui est en son pouvoir afin de prendre les mesures nécessaires pour interdire aux véhicules de stationner sur le Domaine Public Maritime. Contacté par Le Pays Malouin, le maire d’Hirel n’a pas souhaité commenter la situation qui risque encore de faire parler si elle se poursuit cet été.

Source : Le Pays Malouin

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef