À Marseille, la plage des Catalans aura bientôt son musée sous-marin

Par
1 698
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Bonne nouvelle, Marseille aura bientôt son propre musée sous-marin ! Après Cancún et les Canaries, c’est au tour de la cité phocéenne de se mettre à la page. Et c’est du côté de la plage des Catalans, tout proche du centre-ville, qu’il devrait voir le jour.

Crédit : Jason deCaires Taylor

Initialement prévu pour le printemps 2017, le projet avait pris du retard en raison de démarches administratives plus longues que prévues et de problèmes de sécurité. Mais toutes ces complications ne sont désormais que du passé. En effet, le futur musée aquatique de l’anse de Catalans a reçu il y a quelques jours l’avis favorable nécessaire à sa mise en place. Ce dernier fait suite à l’enquête publique réalisée entre mai et juin. Le rapport rappelle et précise néanmoins « le besoin absolu de prendre des mesures de surveillance et de sécurité », selon nos confrères du journal local La Marseillaise.

À quoi ressemblera le musée ?

L’idée est d’immerger 10 statues de deux mètres de hauteur à environ cinq mètres de profondeur. Elles seront situées à environ 100 mètres de la plage, accessibles de manière gratuite et libre, mais uniquement à la nage. Et c’est justement cet accès non réglementé qui pose quelques difficultés. Comment sécurisé une telle zone ? D’après les estimations des experts, en haute saison, entre 200 et 300 visiteurs palmés par jour la fréquenteraient. Toujours selon le rapport issu l’enquête publique, « la visite du musée s’adresse à des nageurs et des plongeurs aguerris ou encadrés par un moniteur. »

Conséquence, il existe un risque important de situations de péril pour les personnes qui n’ont pas le niveau requis, mais qui souhaiteront quand même découvrir ce nouveau musée hors-norme. Afin d’éviter les noyades et autres types d’accidents, le commissaire en charge de l’enquête a exigé un « véritable protocole de sécurité », et notamment une surveillance accrue du musée de la part des marins-pompiers, ou encore des dispositifs tels que des alertes sonores et lumineuses.

La balle est maintenant dans le camp du préfet des Bouches-du-Rhône, Pierre Dartout, qui devrait signer sous peu la concession du domaine public maritime pour 15 ans, et ainsi donner naissance au musée sous-marin de Marseille.

Crédit : Jason deCaires Taylor

Un nouvel artiste

En 2017, à l’époque du projet initial mentionné ci-dessus, la municipalité s’était mise d’accord avec l’artiste anglais spécialisé dans les sculptures sous-marines Jason deCaires Taylor. C’est lui qui, après avoir réalisé les musées de Cancún et des Canaries, devait créer les 10 statues destinées à prendre place dans l’anse des Catalans. Malheureusement, suite au retard accumulé par les différents acteurs, le Britannique a décidé de se retirer de l’équipe de conception du futur musée marseillais. Marseille est donc à la recherche d’un autre artiste d’envergure internationale, capable d’offrir à la cité phocéenne le rayonnement qu’elle mérite. Pour l’instant, aucun nom n’a filtré.

Enfin, celles et ceux qui s’inquiètent de la modification de l’écosystème doivent savoir que les statues servent également de récif artificiel et deviendront au fil des mois une sorte de jardin botanique sous-marin. Un processus qui a d’ores et déjà apporté des garanties. Par exemple, à Cancún, les biologistes ont enregistré une augmentation significative de coraux, de poissons, d’algues, de crustacés et de mollusques. Vous l’aurez compris, en plus de son approche culturelle, le musée sous-marin aura aussi un rôle écologique important. De quoi faire d’une pierre deux coups !

Commentaires