Vivre au Québec : 15 choses à savoir avant de partir au Canada

Bouton whatsapp

Vous souhaitez vivre au Québec ? Que ce soit pour étudier ou pour travailler, que ce soit pour rester quelques mois ou pour vous installer définitivement, voici quinze choses à savoir avant de partir au Canada.

La province du Québec, au Canada, et particulièrement la ville de Québec attirent de nombreux étrangers qui viennent s’installer pour les études ou pour le travail, pour quelques mois ou pour une durée indéterminée. De nombreux Français notamment partent vivre au Québec, et pas seulement parce que la langue officielle est le français. La province du Canada est une région particulièrement dynamique, qui offre une qualité de vie remarquable. À noter que le Québec présente l’un des taux de criminalités les plus bas de l’Amérique du Nord, et que la ville de Québec a été élue ville la plus sécuritaire du Canada pour élever des enfants. Autre avantage du Québec, l’accès à une nature luxuriante et à des activités en plein-air à proximité des villes.

À voir aussi

Des attraits qui vous ont peut-être déjà convaincu de partir vivre à Québec ou à Montréal ? Que vous partiez pour faire des études ou pour le travail, voici quinze choses à savoir avant de quitter la France pour le Canada. Pour bien préparer votre déménagement et pour ne pas vous sentir totalement étranger à votre arrivée, comme un guide de l’expatriation au Québec !

15 conseils à suivre avant d’aller vivre au Québec : comprendre et connaître la région

1) Vivre au Québec : la province du Québec et la ville de Québec

Guide de l’expatriation au Québec : 15 conseils à suivre avant de partir / Crédit : Unsplash

Quand on parle du Québec, il s’agit de la province du Canada - pays qui compte 10 provinces et 3 territoires. Le Québec s’étend sur 1 542 056 kilomètres et compte 8 501 833 habitants. Montréal est la plus grande ville du Québec. Quand on parle de Québec, il s’agit de la ville, capitale de la province. Elle regroupe 549 459 habitants. Québec est divisée en six arrondissements (La Haute-Saint-Charles, Charlesbourg, Beauport, Saint-Foy-Sillery-Cap-Rouge, Les Rivières, La Cité-Lemoilou) aux caractéristiques différentes. Il ne faut donc pas confondre Québec (la ville) et le Québec (la province). Et il ne faut pas non plus confondre Québec, capitale de la province, et Montréal, métropole de la province.

2) Vivre au Québec : la météo

L’hiver au Canada est rude, beaucoup plus rude qu’en France. Ainsi, au Québec, les températures peuvent descendre à -15°C pendant l’hiver, avec des pics (exceptionnels) jusqu’à -35°C. Ce qui n’empêche pas les Canadiens de multiplier les activités en extérieur : le patinage, le ski, la randonné entre autres. Pour se protéger du froid et du vent, il est important d’être bien couvert en hiver. Avant votre déménagement, préparer dans votre valise des vêtements chauds. Et pptez pour la technique des «pelures d’oignon», c’est-à-dire l’accumulation de couches pour pouvoir être à l’aise (et surtout au chaud) aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. En n’oubliant pas bonnet, écharpe et chaussures adaptées (comme des bottes fourrées). Si l’hiver est (très) froid, l’été au Québec peut être très chaud, avec un fort taux d’humidité.

Guide de l’expatriation au Québec : se préparer au froid / Crédit : Unsplash

3) Vivre au Québec : l’histoire

Connaître la culture et l’histoire de l’endroit où l’on veut déménager est essentiel pour l’intégration. Alors pour une immigration réussie, voici une brève histoire du Québec.

Les premiers habitants du Québec sont des nomades d’Asie ayant traversé la bande de terre qui reliait la Sibérie et l’Alaska, il y a plus de 12 000 ans. En 1534, le navigateur français Jacques Cartier arrive au Québec par le golfe du Saint-Laurent. Les Français colonisent le Canada qu’ils appellent la Nouvelle-France. Puis le Canada devient une colonie anglaise en 1759, après la défaite des Français. Débute alors un long conflit entre les Canadiens anglais et les Canadiens français. En 1867, le Canada devient un État fédéral, et le Bas-Canada devient la province de Québec. Province qui va tenter d’obtenir son indépendance à partir des années 1960 lors de la Révolution tranquille. Après deux référendums aux résultats très serrés (en 1980 et en 1995), Québec est resté rattachée au Canada.

Guide de l’expatriation au Québec : bien connaitre la région où l’on s’installe / Crédit : Unsplash

4) Vivre au Québec : le québécois

Ancienne colonie française, le Québec a gardé le français comme langue officielle… avec quelques subtilités. Les Québécois disent par exemple «allo» à la place de «salut» et «bon matin» plutôt que «bonjour». «À tantôt» veut dire «à bientôt», le «cellulaire» est le «téléphone», tandis que la «sécheuse» est le «sèche-linge». Ils ne disent pas qu’il fait «froid» mais «frette». Autres mots utiles pour vivre au Québec : une «blonde» n’est pas une bière mais une «petite amie», tandis qu’un «chum» est un «petit ami». Et si une blonde et un chum vivent ensemble, on dit qu’ils sont «accoté». Mais avant de s’installer ensemble, ils ont du «jaser» («parler»), «crouser» («draguer») et même «frencher» («s’embrasser sur la bouche»). «Tabarnak», ça peut être compliqué, mais, pour l’intégration, apprenez quelques mots en québécois facilitera votre arrivée.

5) Vivre au Québec : la faune

Au Québec, vous pourrez croiser de nombreux animaux, comme le cerf de Virginie, l’orignal, le caribou, l’ours noir, l’ours polaire, le coyote, le renard polaire et le renard roux, la baleine bleue, le béluga ou encore le phoque. Dans les villes, vous pourrez également apercevoir l’écureuil gris, la mouffette et le raton laveur. Entre autres.

Les démarches à suivre pour s'expatrier au Québec

6) Vivre au Québec : les différents visas

Pour faire du tourisme au Canada, en général, le visa n’est pas nécessaire : une attestation de voyage (AVE) suffit. Mais pour rester plus de six mois consécutifs au Canada, pour étudier au Canada ou pour travailler au Canada, un visa est nécessaire pour entrer sur le territoire canadien. La demande doit donc être faite (et être validée) avant le départ. Il existe plusieurs types de visas, divisés en deux catégories principales : les visas de résident temporaire (Temporary Résident visa en anglais) et les visas de résident permanent (Permanent Résident visa en anglais). Le Permis Vacances Travail (PVT) est une solution temporaire qui permet aux jeunes entre 18 et 35 ans de travailler au Canada pendant une durée déterminée, par exemple. Pour une immigration au Québec, il vous faire une demande de visa adaptée à votre projet (vous trouverez des renseignements plus précis ici).

Guide de l’expatriation au Québec : se préparer pour l’immigration / Crédit : Unsplash

7) Vivre au Québec : l’assurance sociale et l’assurance maladie

En arrivant au Québec (pour y rester), il faut faire une demande de numéro d’assurance sociale (NAS) auprès du Service Canada. Il s’agit d’une des démarches essentielles, et c’est gratuit. Le NAS est un numéro unique qui permet (entre autres) de payer ses impôts au Canada ou de recevoir des prestations gouvernementales. Il est également nécessaire de s’inscrire à la régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) pour bénéficier de l’accès au soin gratuit. La couverture santé permet de ne rien débourser lors de la consultation d’un médecin généraliste grâce à la carte remise aux résidents permanents, aux travailleurs temporaires ayant un permis de plus de six mois ou à certains étudiants.

8) Vivre au Québec : le permis de conduire

Pour les personnes s’installant définitivement à Québec, à Montréal ou ailleurs dans la région, les six mois suivants l’installation au Québec, le permis de conduire français suffit pour circuler en voiture. Mais, passé le délai de six mois, il est nécessaire d’avoir un permis de conduire québécois, que vous pouvez vous procurer en faisant les démarches auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Vous pouvez également demander un permis de conduire international (valable trois ans, vous pouvez faire les démarches avant même votre départ pour faciliter votre expatriation). Pour les étudiants qui viennent pour une durée déterminée, la démarche n’est pas nécessaire : le permis français est valide le temps de leur année scolaire ou leur trimestre.

9) Vivre au Québec : l’argent

Difficile de garder une banque française quand on ne vit plus en France. L’idéal est d’ouvrir un compte bancaire dans le pays où l’on s’installe. Certains établissements bancaires canadiens proposent l’ouverture d’un compte à distance. Des démarches que vous n’aurez ainsi pas à faire en arrivant sur place, de quoi faciliter votre expatriation. À noter que la monnaie utilisée au Québec est le dollar canadien. Il y a des billets de 5, 10, 20, 50, 1000, 500 et 1000 dollars et il y a des pièces de 1 cent, 5 cents, 10 cents, 25 cents, 1 dollar et 2 dollars. Le taux de change est de 1 euros pour 1,32 dollars canadiens.

Guide de l’expatriation au Québec : préparer son arrivée pour une immigration sans souci / Crédit : Unsplash

10) Vivre au Québec : le logement

Avant de déménager, sachez que le prix de l’immobilier au Québec est l’un des plus bas du Canada, ce qui rend la province très attractive. À titre d’exemple, la location d’un appartement avec deux chambres coûtera en moyenne 945 dollars canadiens à Québec contre 1679 dollars canadiens à Toronto. Le coût moyen d’une maison est de 555 017 dollars canadiens à Montréal, contre 1 791 633 dollars canadiens à Vancouver. Les petites annonces de location ou de vente indiquent 1 1/2, 2 1/2, 3 1/2 (etc), c’est-à-dire le nombre de pièces du logement, sachant que la cuisine est considérée comme une pièce et la salle de bain une demi-pièce. Si le système métrique est en vigueur au Québec, la surface d’un appartement ou d’une maison est parfois indiquée en pied carré. Il est donc important de savoir qu’1 mètre carré correspond à 10,76 pieds carrés.

Vivre au Québec : la vie sur place

11) Vivre au Québec : le système scolaire

Si vous décidez d’immigrer au Québec en famille, avec un enfant (ou plusieurs), voici comment fonctionne le système scolaire. La scolarité (avant les études supérieures) dure 13 ans. Les enfants commencent la maternelle à partir de 5 ans. L’école primaire est obligatoire à partir de 6 ans pour une durée de 6 ans. Suivent 5 années de secondaire, puis 2 ans de Cégep pour obtenir le diplôme d’étude collégiales (DEC), équivalent du baccalauréat français. Au Québec, des transports scolaires (bus jaunes) récupèrent les enfants pour les amener à l'école jusqu’au secondaire.

12) Vivre au Québec : le travail

Le système canadien n’est pas le même que le système français et ne garantit pas la même sécurité de l’emploi. Il faut savoir par exemple qu’un contrat de travail est optionnel, ce qui peut rendre l’embauche pour un emploi plus facile qu’en France, mais qu’il est aussi plus facile de perdre son travail. Si le marché de l’emploi est dynamique au Québec, il est essentiel de se renseigner sur son domaine avant de partir car certains secteurs sont bouchés. Autre problématique : certains diplômes nécessite des équivalences à demander en amont.

Guide de l’expatriation au Québec : se renseigner avant de partir / Crédit : Unsplash

13) Vivre au Québec : les taxes

Les biens et les services - à l’exception des produits de base - font l’objet de taxes à la consommation imposée par les gouvernements des Canada et du Québec. Taxes qui s’élèvent à environs 15% et qui ne sont pas incluses dans les prix indiqués sur les étiquettes. Pour ce qui est des pourboires (au restaurant ou au bar), il faut calculer environs 15% de la note.

14) Vivre au Québec : l’alcool

Au Québec, il est interdit de consommer de l’alcool dans l’espace public (la rue, les parcs), au risque de recevoir une amende. L’alcool n’est pas vendu dans les supermarchés mais à la Société des alcools du Québec (SAQ) - et les prix sont élevés car il s’agit en général de produits importés. D’ailleurs, de nombreux restaurants (où vous pourrez gouter la poutine) n’ont pas la licence pour vendre de l’alcool. Certains proposent donc à leurs clients d’apporter leur propre bouteille de vin. Pour les restaurants qui ont la licence, ils doivent arrêter de servir de l’alcool à partir de 23 heures. Les bars, eux, doivent arrêter à partir de 2 heures.

15) Vivre au Québec : les numéros d’urgence

En cas de problèmes de santé ou autres soucis, voici quelques numéros utiles :

  • Médecins, ambulances, pompiers : 911 à Montreal et Québec, 0 au Québec
  • Centre antipoison du Québec : 1 800 463-5060
  • Info santé : 811
  • Info crime Québec : 1 800 711 1800
  • Sûreté du Québec : 310-4141 ou *4141
  • Électricité : 1 800 790-2424
  • Détection d’odeur de gaz : 911
  • Centre de prévention du suicide : 1 866 277-3553
  • SOS violence conjugale : 1 800 363-9010

Guide de l’expatriation au Québec : une nouvelle vie commence avec l’immigration / Crédit : Unsplash

Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter