Des scientifiques auraient trouvé un autre portrait de femme sous celui de la "Mona Lisa", le célèbre tableau de Leonard de Vinci

Par
1 194
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

« Mona Lisa », le célèbre portrait accroché au Louvre, déchaîne toujours autant les passions.

Réalisé entre 1503 et 1506, ce portrait mi-corps est probablement celui de la florentine Lisa Gherardini, née en mai 1479 et épouse de Francesco del Giocondo.

Et ce tableau restera pour toujours l’un des plus grands mystères de l’art.

Car une polémique autour de sa réalisation vient d’être relancée suite à de nouvelles analyses qui ont révélé… qu’il y aurait un autre portrait caché par celui que tout le monde connaît !

@Europe1

Pascal Cotte, chercheur, ingénieur Français et fondateur de la start-up Lumière Technology, est autorisé en 2004 à étudier le tableau le plus vu du monde. Il se lance alors dans une analyse minutieuse via une technique inédite appelée L.A.M (Layer Amplification Method). C’est une caméra ultra-puissante qui permet d’observer le moindre coup de pinceau de l’artiste, et donc de détailler de A à Z sa « construction ».

Surpris ou pas, il découvre avec certitude que plusieurs couches de peinture se superposent. Sans aucun doute beaucoup plus surpris, il dévoile qu’un autre portait serait caché derrière le portrait latent. Un visage aux traits plus fins, au regard fuyant et arborant un sourire moins marqué.


Une découverte finalement pas si étonnante que ça lorsqu’on sait qu’à l’époque, il était fréquent de reprendre plusieurs fois une même toile.

@DR

Pascal Cotte dévisage l’œuvre avec un œil neuf : « J’ai retrouvé plein de traces de la transformation du portrait initial. Léonard de Vinci a gardé les mains, les manches, le paysage, mais a transformé la tête et maquillé totalement la robe ».

Pratiquement en même temps, un autre scientifique s’est manifesté à propos de La Joconde. Lorsqu’il a vu côte à côte « l’originale » et la présumée copie réalisée par l’un des disciples (inconnu) de De Vinci, Claus-Christian Carbon, professeur à l’Université de Bamberg en Allemagne (spécialisée en lettres, sciences sociales et en études commerciales), s’est dit qu’il y avait « quelque chose »

Ce qui l’a interpellé, c’est l’infime mais indéniable différence de perspective entre les deux œuvres. Pour lui, elle n’était pas anodine. Deux années d’analyses plus tard, sa conviction s’est affirmée. Les nombreuses modifications décelées dans les sous-couches des deux œuvres indiquent qu’elles auraient été réalisées simultanément !

Avec des Playmobil, le chercheur a reconstitué la mise en place de ce qui aurait pu être la scène de peinture de Lisa Gherardini. Et ça donne ça :
@Claus-Christian Carbon

Au final, les deux œuvres superposées mais légèrement décalées rendraient une perspective et des reliefs absolument étonnants. Cette étude est d’autant plus crédible, puisque la 3e dimension fascinait littéralement Leonard de Vinci.

 
Ce qui est certain, c’est que ce tableau du maître de Vinci est loin d’avoir fini de passionner les plus fins chercheurs…
Le Groenland a perdu onze milliards de tonnes de glace en une seule journée
Source : Europe 1
Commentaires