10 fautes d'orthographe que vous faites tout le temps, tout en étant persuadé que c'est juste...

Par
10 531
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

facebook

Partager sur Facebook

On aime bien critiquer les autres sur leur orthographe ...  Pourtant, très (très) peu de personnes ont une orthographe et un usage de la langue absolument irréprochable. Il faut dire que la langue française est pleine de subtilités !

On vous l'accorde, bande de petits filous, on n'est peut-être pas les mieux placés pour parler de fautes d'orthographe ! ... Mais voici  tout de même 10 grosses erreurs que même les chevaliers blancs de la langue française font allègrement :

@memegen



1. « Je me suis permise/ elle s’est permise ».

Peu de personnes disent « je me suis permis » en étant une femme… Et pourtant, se permettre d’accorder « permis » au féminin est en réalité complètement faux, du point de vue de la langue ! De même, on dit « elle a disparu » sans « e »  derrière.

 

2. « Moi, personnellement »…

Ce n’est pas une faute de français à proprement parler, puisque la tournure est correcte. Par contre, c’est un vilain pléonasme qui passe malheureusement totalement inaperçu. On a compris que vous parlez de VOUS, pas la peine d’en remettre une couche… bande d’égocentriques !

 

3. « Quarantenaire », « cinquantenaire »…

Vous ne pouvez pas dire de quelqu’un qu’il est un quarantenaire, c’est complètement absurde. Un cinquantenaire (ou un quarantenaire), c’est l’anniversaire qui commémore un évènement, comme le cinquantenaire du traité de Rome. Ce que vous voulez dire, c’est « quadragénaire » ou « quinquagénaire » ! Une confusion que de nombreuses personnes font, quel que soit leur âge d’ailleurs…

 

4. Confondre « convainquant »  et «  convaincant ».

La faute passe plutôt bien à l’oral, puisque les deux mots se prononcent exactement de la même manière (d’où la confusion, d’ailleurs). En revanche, si vous voulez être convaincant à l’écrit, il convient d’être vigilant…  « Convainquant » est le participe présent du verbe convaincre, alors que « convaincant » est un adjectif. On dit : "Cet homme est convaincant", mais on dit : "Convainquant l'Assemblée, le Premier ministre se fit ovationner".

Si vous n’êtes pas sûr, l’astuce est de voir si vous pouvez ou non mettre la phrase au féminin (et dire « cette femme est convaincante ») il faut mettre un « c ».  Pace que « Convainquante », c’est résolument moche.

 

5. « Censé » et « sensé »

« Censé » veut dire « supposé », alors que « sensé » signifie « qui a du sens ». Bref, ce serait sensé de dire que « censé » est censé être écrit avec un « c ».

Par exemple, on dira « Tu es censé faire ton travail » et « Une personne sensée ne ferait pas ça »…

 

6. « Au jour d'aujourd’hui »

C’est grammaticalement correct, mais il s’agit pourtant d’un double pléonasme. En fait, le mot « aujourd’hui » est déjà redondant à la base parce qu’en vieux français, « hui » signifiait tout simplement le jour actuel, soit aujourd'hui. En français moderne, on en a rajouté une couche en disant « au jour de hui » (comprendre "au jour du jour actuel")... Alors non, il y a un moment où il faut savoir s'arrêter. Si on commence à faire ça, après on finit avec des "au jour du jour du jour d'aujourd'hui" et on ne s'en sort plus.
Petite exception si vous vous appelez Lamartine et que vous utilisez cette redondance sous couvert de licence poétique, auquel cas vous êtes bien sûr excusé... Au pire, si on vous reprend, vous direz que c'était une petite référence au poète. 

 

7. « Davantage » et « d’avantage »

« Davantage » est le synonyme de « plus », alors que « d’avantage » est employé pour parler d’un gain ou d’un privilège.  Exemple : « L’obtention d’avantages en nature est une méthode davantage employée au jour d’aujourd’hui. »

 

8. « Pallier à une difficulté », « pallier à des problèmes »…

On dit « pallier une difficulté » et « pallier des problèmes » sans mettre de « à ». C'est tout, c'est comme ça.

 

9. « Ceci dit », « ceci étant dit »

On dit « cela dit ». "Cela" est employé pour parler de ce qui vient d’être dit, alors que "ceci" désigne ce qui vient, ce qu’on s’apprête à  montrer. Du coup, vous ne pouvez pas dire « ceci dit » puisque ceci n’est pas encore dit et que, à moins d’être médium ou de disposer d’une machine à voyager dans le temps, votre interlocuteur ne peut pas savoir de quoi vous parlez.

 

10. « Malgré que »

Super bonus compte double si vous écrivez en plus « malgré » avec un « s » derrière, une autre faute courante. En fait, on doit dire « bien que » et surtout pas « malgré que » (malgré que ce soit une faute très courante).  «Malgré » doit être suivi d’un nom, et pas d’un « que ».  On dit « malgré la fatigue » et « Bien qu’il soit fatigué ».


Note de la rédaction : Si notre rédacteur a fait une faute d'orthographe dans cet article, merci de nous le signaler, il sera jeté directement aux crocodiles.

L'administration Trump assouplit une loi qui protégeait jusqu'à présent des espèces menacées
Source : Larousse
Commentaires