Ce jeune éthiopien de 11 ans, prodige du tricot, vend ses créations pour donner à son ancien orphelinat

Par
1 587
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C’est une histoire qui met du baume au cœur. Jonah Larson est un virtuose du crochet. Adopté par une famille américaine à sa naissance, le jeune garçon de 11 ans utilise son talent pour aider les orphelins de son pays d'origine : l'Éthiopie.

Dès l’âge de 5 ans, Jonah Larson commence à pratiquer le tricot, une activité souvent associée aux seniors. Ce hobby devient pour lui une addiction, si bien qu’il le maîtrise avec perfection.

À 11 ans, cet expert du tricot vend ses créations pour aider un orphelinat et des familles en Éthiopie. Crédits photo : Jonah Larson

Son histoire commence le jour où Jonah reçoit un sac de matériel de tricot. Après s’être formé aux différentes techniques grâce à des vidéos sur YouTube, le jeune homme dépense beaucoup de temps pour cette discipline, au point d’être comparé à un « prodige du tricot ». Il réalise des projets aussi complexes qu’ambitieux, que même des initiés seniors n’auraient peut-être pas réussi à faire.

Crédits photo : Jonah Larson

Jonah partage ses créations colorées et originales sur son compte Instagram Jonah’s Hands, où il est suivi par plus de 173 000 personnes. Sa popularité sur les réseaux sociaux lui permet ensuite de vendre ses œuvres sur le site yarnspirations.com. Il achète désormais son propre fil, puis reverse une partie de ses ventes à son ancien orphelinat en Éthiopie.

Récemment, Jonah a même créé une cagnotte sur le site GoFundMe, en partenariat avec l’association Roots Ethiopia, pour aider les enfants et leurs familles. La cagnotte a déjà dépassé les 15 400 dollars, soit 13 700 euros, sur un objectif de 20 000 dollars.

Crédits photo : Jonah Larson

Jonah trouve cet art plus que relaxant. « Après une dure journée à l’école, c’est juste génial de savoir que je peux rentrer et tricoter dans mon petit coin de la maison, en m’asseyant à côté de celle que j’aime le plus : ma mère », raconte le jeune homme rempli d’innocence.

Crédits photo : Jonah Larson

Sa maman compte beaucoup sur la passion du jeune homme. C’est elle qui lui a offert ses premiers outils de tricot, malgré le fait qu’elle ne pratique pas cette activité. Elle soutient pour autant son fils adoptif à 100%, en créant des posts Instagram et en intégrant des groupes de tricot sur Facebook en son nom.

Source : Jonah Larson
Commentaires