Cet alpiniste chinois, privé de ses deux jambes et âgé de 69 ans, a réussi l'exploit d'escalader l'Everest

Par
466
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Quand vous avez un rêve, tâchez toujours de vous y accrocher, et ne laissez rien ni personne vous pousser à abandonner. Telle est la leçon que l’on peut tirer de l’histoire de Xia Boyu, alpiniste chinois de 69 ans qui a toujours voulu gravir l’Everest.

Cependant, depuis 1996, l’homme est privé de ses deux jambes en raison d’un cancer du sang l’ayant poussé à être amputé. Un handicap venu s’ajouter à la perte de ses deux pieds à cause du froid en 1975. Indépendamment de cela, il n’a jamais cessé de tenter d’atteindre le sommet du mont, à 8 848 mètres d’altitude.

Finalement, ce lundi 14 mai 2018, après 43 années de détermination, Xia Boyu y est enfin parvenu !

@PDChina, Twitter

Que dire d’autre que « bravo » et « chapeau bas » ? On ne peut que rester admiratif devant la prouesse réalisée par Xia Boyu, qui fêtera bientôt ses soixante-dix printemps. Il a toujours voulu se tenir debout sur le sommet du monde, à 8 848 mètres d’altitude, et a refusé de laisser les aléas de la vie le priver de réaliser son rêve, pour finalement parvenir à ses fins ce lundi 14 mai 2018.

Vous l’aurez compris, Xia Boyu est un alpiniste, mais pas n’importe lequel, puisqu’il faisait partie en 1975 de l’équipe nationale chinoise d’alpinisme. Lors de son ascension de l’Everest à l’époque, une tempête mêlée à des températures invivables et au manque d’oxygène a eu de graves conséquences sur Xia Boyu, qui a perdu l’usage de ses deux pieds, gelés.

Près de vingt ans plus tard, le sort s’est acharné sur le sportif, puisqu’un cancer du sang lui a été diagnostiqué, poussant les médecins à l’amputer des deux jambes au niveau du genou.

GearJunkie

Cela n’a pas arrêté le courageux alpiniste, qui a décidé de tenter à nouveau sa chance en 2014, à l’aide de prothèses. Là encore, un frein à son ambition vient entraver son projet, puisqu’une avalanche s’abat sur la montagne et emporte 16 guides avec elle. Abandonne-t-il alors ? Non !

En 2015, il revient au pied du mont, mais un séisme secouant entièrement le Népal et causant la mort de 22 personnes sur le camp de base le pousse à abandonner pour la troisième fois, et à reporter son ascension à l’année suivante, au cours de laquelle de mauvaises conditions climatiques viennent le stopper à 200 mètres seulement de son objectif.

En plus des aléas climatiques et environnementaux, la loi vient à son tour freiner Xia Boyu, puisqu’elle dispose en 2017 que les personnes aveugles et amputées des deux jambes ne peuvent, par mesure de sécurité, gravir le mont. Seulement, elle est abandonnée en raison de son caractère volontiers discriminatoire.

La suite de l’aventure de Xia Boyu appartient désormais à l’histoire : il parvient à réaliser son rêve le lundi 14 mai 2018, après 43 années de tentatives avortées et d’obstacles qu’il aura réussi à surmonter, à 69 ans, armé de deux jambes prosthétiques.

Mingma G Sherpa

Cette volonté teintée de courage et de ténacité aura permis à Xia Boyu de rejoindre son homologue néo-zélandais Mark Inglis, également doublement amputé, qui avait gravi l’Everest en 2006, à 47 ans, même si les circonstances de son succès, entaché par la mort de l’un de ses camarades, qu’Inglis aurait ignoré, ont été sujettes à débat.

Xia Boyu, arrivé vivant au sommet de l’Everest avec ses sept compagnons, aura prouvé qu’en dépit de l’âge et des handicaps physiques, si l’on ne se laisse pas abattre et que l’on refuse l’échec, on peut toujours, toujours réaliser ses rêves, aussi anciens soient-ils.

VIDEO : « Ben il fait chaud, nan ? », quand un homme nu en scooter se justifie face à la police
Source : Le Parisien
Alpinisme Handicap Everest
Commentaires