Victime d'un AVC, il appelle le Samu qui lui diagnostique une angine... à 5 reprises

Bouton whatsapp

Un médecin niçois a vécu l’enfer il y a 3 mois lorsque les secours lui ont diagnostiqué une simple angine alors qu’il faisait un AVC.

L’issue aurait pu être fatale !

À voir aussi

Alors qu’il était en train de faire un accident vasculaire cérébral (AVC), un psychiatre niçois a contacté le Samu qui lui a pourtant diagnostiqué une angine à 5 reprises, ignorant ainsi ses appels à l’aide.

Devant l’obstination de ses interlocuteurs, le médecin, dont la moitié du visage était paralysée, n’a finalement eu d’autre choix que de se rendre lui-même aux urgences afin d’être pris en charge.

Image d'illustration. Crédit photo : Istock

Le Samu lui diagnostique une angine alors qu’il est en train de faire un AVC

Les faits se sont produits le 19 septembre dernier selon Nice-Matin, qui a publié le témoignage de ce médecin prénommé Anthony.

Pris de violents maux de tête ce jour-là, ce dernier s’aperçoit très vite qu’il ne peut plus parler ni déglutir. Les minutes passent et son état se s’améliore pas. Inquiet, il appelle alors le 15 mais son incapacité à communiquer perturbe le dialogue. Au bout du fil, le médecin régulateur ne comprend pas en effet ce qu’il essaie de dire et lui suggère de trouver quelqu’un pouvant l’aider.

Anthony raccroche puis sort de son appartement et parvient à trouver une voisine dans sa cage d’escalier. Avec beaucoup de sang-froid, il lui explique ses symptômes par écrit et lui demande de rappeler le Samu, ce qu’elle fait dans la foulée.

Au téléphone, le médecin lui indique qu’il s’agit d’une « angine » et qu’il va « appeler SOS médecin » pour qu’ils passent « dans la nuit ».

Mais les minutes s'égrènent et la compagne d’Anthony, qui échange avec lui par SMS, s’inquiète de plus en plus. Elle décide alors d’appeler à son tour le 15 mais le médecin régulateur confirme le diagnostic d’angine.

Toujours présente aux côtés d’Anthony, sa voisine, bouleversée, tente alors une nouvelle fois de convaincre le Samu, en vain.

Crédit photo : Istock

Fatigué, le psychiatre rentre alors chez lui et se résout à attendre SOS médecin. Mais en se regardant dans le miroir, il constate avec stupeur qu’une partie de son visage est paralysée.

Il décide alors de se rendre aux urgences tout seul mais son état ne lui permet pas de conduire. Aidé par un passant dans la rue qui lui prête son téléphone, il appelle de nouveau le 15 mais essuie un cinquième refus.

Il parviendra finalement à se rendre à l’hôpital en Uber et sera pris en charge à temps.

Deux mois après cette mésaventure, Anthony va mieux et a pu retrouver l’usage de la parole grâce à la rééducation. Malgré les dysfonctionnements constatés, il a décidé de ne pas porter plainte.

Pour rappel, un AVC survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché ou par un vaisseau sanguin rompu. Il se manifeste généralement par une déformation de la bouche, une faiblesse d’un côté du corps, du bras ou de la jambe, ou encore de troubles de la parole. Ces signes d’alerte peuvent être accompagnés d’autres symptômes comme des troubles de l’équilibre, des maux de tête ou une baisse de la vision.

Source : Nice Matin
Bouton whatsapp