Le Canada devient le premier pays du G7 à légaliser le cannabis

1 408partages

C’est Jay Kay qui va regretter de ne pas être canadien ! Le chanteur de Jamiroquai fait en effet partie de ces artistes en faveur de la légalisation du cannabis depuis toujours, ce qu’il n’a jamais manqué de clamer lors de concerts des plus prenants. En 2013, l’Uruguay avait déjà choisi de légaliser cette drogue douce, qu’il est désormais possible d’acheter en pharmacie.

Afin de lutter contre les transactions illégales, de réduire la criminalité, et de remplir ses caisses, le Canada a décidé également de légaliser la consommation et la production de cannabis sur son sol, interdites depuis 1923, au bonheur des usagers de cette drogue douce. Dès le mois de septembre, les pratiques entourant la marijuana seront donc complètement légales, à la suite de l’approbation du Sénat ce mardi 19 juin 2018. De la feuille d’érable à la feuille de cannabis sur le drapeau rouge et blanc, il n’y avait qu’un pas, un pas enfin franchi après des années d’attente.

Image d'illustration d'une personne en faveur de la légalisation du cannabis au Canada en 2017, lors de la Global Marijuana March 2017. Crédit photo : Shutterstock / arindambanerjee
Le Canada aura finalement suivi le chemin, avec quatre ans de retard, de son homologue sud-américain, l’Uruguay, en choisissant de légaliser le cannabis. Tous les ans, la Toronto Global Marijuana March réclamait à grands cris la libre consommation et la libre production de cette drogue douce sur l’ensemble du territoire. Ce mardi 19 juin 2018, le Parlement canadien a approuvé la légalisation du cannabis avec 52 voix en faveur de celle-ci, contre 29 en opposition. Dès septembre, une douce odeur de ganja pourra donc se diffuser dans les rues canadiennes en totale impunité. Comme l’indique le Parisien, la dernière étape du processus de légalisation repose sur la signature du décret par la reine Elizabeth II, figure d’autorité royale au Canada, membre du Commonwealth.

Le Cannabis Act, longtemps soutenu par le Premier Ministre Justin Trudeau, a pour vocation de réduire la criminalité, et le trafic de drogues, tout en rapportant potentiellement chaque année au gouvernement entre 5 et 7 milliards de dollars canadiens (l’équivalent d’une coquette somme comprise entre 3 et 4,6 milliards d’euros). Depuis 2001, le cannabis était autorisé dans certains cas à des fins médicales, mais l’usage récréatif était réprimé comme très largement à l’échelle mondiale. Emmanuel Macron lui-même s’est dit toujours opposé à la légalisation du cannabis en France.  

Reste à savoir si, contrairement à ce qu’attend Justin Trudeau, le marché noir ne va pas connaître une croissance fulgurante à la suite de cette légalisation, comme cela a pu être le cas au Colorado, État américain qui avait été l’un des premiers à autoriser l’herbe à des fins récréatives.

En vidéo : « The Arrivals », la publicité émouvante de SAS Airlines sur les retrouvailles
Source : Le Parisien
Dernières news