Plusieurs écoles au Texas ont réintroduit les châtiments corporels comme punition pour mauvais comportement

Par
2 260
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C’est une nouvelle surréaliste qui nous vient des États-Unis ! Au Texas, trois écoles ont décidé de réintroduire les châtiments corporels comme punition lorsque les élèves se comportent mal. The Independent rapporte que le personnel aura donc le droit d’utiliser une pagaie en bois pour battre les étudiants dans les écoles de Three Rivers, dans lesquelles se trouvent des jeunes entre 4 et 18 ans.

Cette mesure se fera selon la décision des parents. En effet, lors de l’inscription de leur enfant, les parents pourront décider si oui ou non les professeurs auront le droit de battre leur fils ou leur fille. Les élèves dont les parents n’auront pas autorisé ces sévices devront donc supporter la vue de cette maltraitance envers leurs camarades, que ce soit suite au non-respect des règles de la classe ou bien parce qu'un élève a désobéi aux ordres des professeurs ou du principal. Ces châtiments seront comptabilisés et comparés avec les problèmes de comportement recensés l’année dernière, pour voir si leur nombre augmente ou non.

Crédit photo : Des chaises à l'école / Shutterstock

Cette idée a été déposée par Andrew Amaro qui est le coordinateur du campus et approuvée à l’unanimité par le conseil d’administration. Il espère que ce sera un moyen plus efficace que la détention pour dissuader les élèves sous sa responsabilité. Selon lui, cette méthode qui a bien fonctionné sur lui étant plus jeune, est le choix à faire : « C’était une réponse immédiate pour moi. Je savais que si j’avais des problèmes avec un enseignant et que j’étais irrespectueux, quelle que soit l’infraction, je savais que j’aurais un coup de la part du principal ».

L’association nationale des psychologues ne voit pas du même œil ces traitements, ils définissent les châtiments corporels comme : « L’infliction intentionnelle de douleurs ou d’inconfort et/ou l’utilisation de la force physique sur un élève avec dans le but que l’élève éprouve des douleurs corporelles afin de corriger ou de punir le comportement de l’élève ».

Crédit photo : The Independent

En 2016, après qu’une étude a dévoilé que 110 000 élèves subissaient cette pratique tous les ans, le secrétaire de l’éducation de l’époque, John B. King Jr, avait écrit aux dirigeants des États pour leur demander d’interdire les châtiments corporels dans les écoles. De nos jours, quinze États américains continuent de les autoriser… « Le châtiment corporel parrainé par l'école n'est pas seulement inefficace, c'est une pratique néfaste, et qui influe de manière disproportionnée sur les élèves de couleur et les étudiants handicapés. Cette pratique n'a pas sa place dans les écoles publiques d'une nation moderne qui joue un rôle essentiel dans l'avancement et la protection des droits civils et humains ».

Crédit photo : Portrait d'une adorable fille asiatique faisant ses devoirs avec un sentiment de stress à l'école / Shutterstock

En France, les châtiments corporels sont interdits depuis 1887 et le décret pris par Jules Ferry mais c’est surtout après Mai 68 que change la donne, avec les circulaires de 1992 sur la vie scolaire et les sanctions et celle de 2000. Comme l’explique John B. King : « Aucune école ne peut être considérée comme sûre ou bien un soutien si les étudiants craignent d’être punis physiquement ».

Source : The Independent
Texas
Commentaires