Ces lycéens ont vécu un grand moment de solitude devant leur copie du bac, car leur prof s'est trompé de programme

1 642partages
Bouton whatsapp

Des candidats au bac ont raté l'une de leurs épreuves après avoir étudié le mauvais programme durant l'année scolaire. Récit.

C'est une histoire rocambolesque qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences !

Des lycéens de Nantes (Loire-Atlantique), qui passent actuellement un double baccalauréat Français-Espagnol, ont eu la désagréable surprise de constater qu’ils avaient étudié le mauvais programme d’histoire en découvrant le sujet de leur épreuve, le 1er juin dernier.

Ces 24 élèves du lycée international Nelson-Mandela ont en effet vécu un grand moment de solitude devant leur copie après avoir appris, la veille, que leur professeur s’était trompé de programme tout au long de l’année scolaire.

Crédit photo : Istock

Leur prof leur enseigne le mauvais programme, ils ratent leur épreuve du bac

C’est en discutant avec d’autres camarades de l’établissement, qui révisaient eux aussi pour l’examen, que ces lycéens, destinés aux grandes écoles, se sont aperçus de l’immense bévue de leur enseignant.

Dans l’impasse, ils n’ont eu d’autre choix que de se présenter à l’épreuve d’histoire où ils ont dû plancher, sans réelles connaissances, sur un sujet traitant de l’Espagne au XXe siècle.

À l’issue de l’épreuve, tous semblaient désabusés !

« Beaucoup d’élèves sont sortis au bout de deux heures. Certains sont sortis au bout de cinq heures, mais complètement en pleurs », a raconté l’une d’entre elles au micro de LCI.

« On a fait ce qu’on pouvait, mais on ne pouvait pas répondre correctement au sujet. J’ai utilisé ce que je savais mais ça va être un hors sujet bien sûr », a pour sa part déploré une autre élève chez nos confrères d’Europe 1.

Image d'illustration. Crédit photo : Istock

Le coup est d’autant plus rude à encaisser qu’une note en dessous de 10 s’avère éliminatoire pour les étudiants de ce double cursus.

La seule solution serait, selon eux, de prendre en compte le contrôle continu plutôt que la note finale de l’examen.

« L’erreur est humaine, il faut simplement la reconnaître. On souhaite, s’il est possible, d’avoir le meilleur résultat entre la moyenne générale qu’ils ont eue au cours de l’année et le résultat à cette épreuve-là », a ainsi indiqué un parent d’élève.

De son côté, le rectorat de Nantes a affirmé dans un communiqué que des mesures seraient prises afin de ne pas pénaliser les candidats.

Affaire à suivre !

Bouton whatsapp