Le Canada légalise officiellement le cannabis récréatif

Par
5 931
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Ce mercredi 17 octobre, le Canada est devenu le second pays au monde, et le premier pays du G20, à légaliser le cannabis récréatif.

Cela faisait prêt d’un siècle que le cannabis était interdit sur le territoire canadien. Aujourd’hui, le Canada a suivi l’exemple de l’Uruguay, pionnier en la matière, en légalisant le cannabis récréatif avec l’objectif de faire disparaître le marché noir.

Ainsi, dès minuit, tout à l’Est du Canada, des dizaines de personnes s’étaient déplacé dans une boutique de l’enseigne Tweed, spécialement ouverte à cette heure tardive pour l’occasion, afin d’acheter les premiers grammes de cannabis « légal ».

La légalisation du cannabis était l’un des engagements de Justin Trudeau, chef du gouvernement canadien depuis trois ans. Ceci dit, le gouvernement a souhaité laisser à chaque province sa manière d’organiser ce commerce.

Le cannabis est désormais légal au Canada. Crédit image : Shutterstock / arindambanerjee

Au Québec, une douzaine de boutiques d’Etat de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ont ouvert et celle-ci pourrait en ouvrir 150 d’ici trois ans. Au contraire, le Manitoba et l’Alberta ont autorisé, pour commencer, quelques points de vente privés. Le marché légal devrait rapporter, selon les estimations, près de 6 milliards de dollars canadiens (soit 4 milliards d’euros) par an et par province.

Justin Trudeau a rappelé que cette légalisation devrait permettre de restreindre l’accès de cette drogue aux mineurs et « enlever l’argent des poches des organisations criminelles ».

La date du 17 octobre 2018 a donc été fêtée comme il se doit dans plusieurs villes, notamment à Toronto et à Montréal, mais aussi à la Bourse de Toronto où des milliards de dollars ont été investis dans ce nouveau marché très lucratif. Par exemple, Canopy Growth, leader du marché, a gagné 448% en un an et valait, mardi soir, 13,88 milliards de dollars.

De son côté, Bill Blair, ministre chargé de la réduction du crime organisé, rappelle que la légalisation du cannabis est surtout un processus, et non un événement : « Pendant près d’un siècle, les groupes criminels contrôlaient entièrement le marché, 100% de sa production et de sa distribution et ils en ont tiré des bénéfices de plusieurs milliards de dollars chaque année. Ils ne vont pas disparaître tranquillement du jour au lendemain. »

En effet, Bill Blair envisage d’amputer 25% du marché noir d’ici la fin de l’année, puis la moitié d’ici un an. Enfin, le ministère de la Justice a indiqué qu’il faudrait quatre ans pour éradiquer le marché noir.

Des sauveteurs forment une chaîne humaine pour sauver 4 dauphins coincés dans un canal
Canada Cannabis
Commentaires