L'incroyable témoignage de la femme « incapable d'oublier », qui se souvient avec précision de sa vie entière depuis sa naissance. Il n'existe que 80 personnes capables de cela dans le monde

Par
4 107
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Êtes-vous capable de vous souvenir de vos premiers mois ? De votre premier anniversaire ? Et de tout ce qui s'est produit entre le jour de votre naissance jusqu'à présent ? Il est fort probable que non : le cerveau humain et sa mémoire sont ainsi faits que les informations les moins pertinentes sont en permanence classées, archivées, effacées afin de laisser la place à de nouvelles données.


Cependant, il existe une condition mentale extrêmement rare, l'hypermnésie, qui empêche ceux qui en sont atteints d'oublier quoi que ce soit. C'est le cas de Rebecca Sharrock, une jeune femme de 27 ans originaire de Brisbane, en Australie, qui se souvient de toute sa vie avec des détails impressionnants, et qui est capable de raconter une expérience vécue à l'âge de 3 ans comme si cela s'était produit hier. Elle est capable, entre autres, de réciter l'intégralité des volumes de Harry Potter de mémoire !

On estime qu'il n'existe dans le monde entier qu'entre 60 et 80 personnes ayant la même condition mentale que Rebecca. La jeune femme est en train d'écrire un livre autobiographique, dans lequel elle raconte tous ses souvenirs et ses expériences, particulièrement fascinantes, lorsqu'elle était encore âgée de quelques mois à peine. Un rare témoignage de la petite enfance qui permet de mieux comprendre ce que vivent et ressentent les bébés

 Rebecca Sharrock



Elle est capable de se souvenir, avec une clarté phénoménale et un luxe incroyable de détail, de chacun des moments de sa vie. Elle peut ainsi décrire avec précision des rêves qu'elle a eu à l'âge de dix-huit mois, ou encore ce moment où elle s'est faite photographier dans la voiture familiale, alors qu'elle n'était âgée que de... 12 jours.  

Rebecca a fait part de son expérience incroyable dans un post de blog... Et c'est plutôt fascinant :


« Le plus ancien souvenir auquel j'arrive à remonter, c'est quand j'avais 12 jours. Mes parents m'ont portée pour me placer sur le siège du conducteur (c'était l'idée de mon père), pour prendre une photo. J'etais curieuse, j'essayais de comprendre ce que la housse du siège et le volant qui se trouvait au-dessus de moi pouvaient bien être.Je me demandais ce que c'était, même si, à cet âge, je n'avais pas encore développé l'envie de me lever et d'explorer ces objets en les touchant pour les comprendre. »

 Rebecca Sharrock



De nombreux scientifiques s'accordent pour dire qu'il est techniquement impossible pour le cerveau humain de se souvenir des événements ayant eu lieu avant l'âge de 4 ans. En effet, à cause de la manière dont le cerveau se constitue, ces données sont «écrasées » définitivement, et il est impossible d'y avoir accès par la suite. Pour la plupart des gens, c'est là que les plus anciens souvenirs commencent. Pas pour ceux qui, comme Rebecca, sont atteints d'hypermnésie.

C'est justement en consultant un article scientifique sur le sujet, qui traitait de l'impossibilité de se souvenir des événements survenus pendant la petite enfance, qu'elle s'est rendue compte de sa différence : « Quand j'ai eu fini de lire cet article, je me suis dit que c'était complètement stupide. » En effet, la jeune femme est en train d'écrire un livre sur sa vie... et la période qui traite de tout ce qui s'est passé de sa naissance jusqu'à son quatrième anniversaire lui a pris un très long chapitre !

« Au tout début de ma vie, je passais l'essentiel de mon temps dans mon berceau, à observer les jouets qui m'entouraient et le ventilateur sur pied qui ronronnait non loin de moi. Le jour de mon tout premier anniversaire, je n'avais aucune idée de ce que tout ce tintouin voulait dire, tout ce que je voyais, c'était que ma mère m'avait mise dans un costume de satin qui me grattait beaucoup, et que je pleurais. Je ne comprenais pas ce que me disaient les gens, beaucoup venaient me voir, je n'y comprenais rien mais j'ai fini par arrêter de pleurer. Ce jour-là, mes parents m'ont aussi donné une peluche Minnie Mouse. L'expression du visage de cette peluche me terrifiait, même si je n'avais pas les mots pour le dire. »

 Rebecca Sharrock


Rebecca se souvient aussi de ses premiers rêves conscients, de l'effet que cela lui faisait, et de la confusion que cela a entraîné dans son esprit au début, puisqu'elle ne faisait pas encore la différence entre le rêve et la réalité  : 

« Quand j'ai eu environ 18 mois (du moins, c'est ce que je pense, parce que c'était avant mon second anniversaire mais je n'étais déjà plus dans mon berceau), j'ai commencé à rêver quand je m'endormais. À cet âge, je pensais vraiment que je partais de la maison chaque nuit, je pensais que ce qui arrivait dans mes rêves était réel, c'est pourquoi j'avais peur et je voulais que ma maman soit près de moi quand je dormais. »

 Rebecca Sharrock


Un autre témoignage de Rebecca, à propos de la naissance de sa petite sœur, nous aide à mieux comprendre l'état d'esprit des bébés et des jeunes enfants, qui ne peuvent pas encore s'exprimer mais ressentent pleinement bien des choses : 

« Quand ma sœur Jessica est née, je ne comprenais pas encore ce qu'une sœur était ni ce que cela signifiait. J'etais beaucoup plus intéressée par mon petit train, avec lequel je jouais, que par elle. Mais après un an environ , j'ai commencé à me rendre compte progressivement que je n'étais plus une fille unique, et que je devais tout partager avec elle, et lui donner mes vieux vêtements et mes jouets. »

Seulement 80 personnes dans le monde ont été identifiées comme ayant une forme aussi poussée d'hypermnésie que Rebecca. Comme elle, ces personnes sont absolument incapables d'oublier quoi que ce soit, et se souviennent de chaque jour de leur vie. Comme elle, les hypermnésiques sont condamnés à revivre constamment leur passé, les plus belles émotions comme les plus mauvaises, en détails quasi cinématographiques. 

Le Japon n'exclut pas de déverser les eaux contaminées de Fukushima dans le Pacifique
Commentaires