Les délégations de la Corée du Nord et la Corée du Sud défilent ensemble lors de la cérémonie des JO d'hiver, un espoir de paix entre les deux pays ?

Par
292
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

C’est aujourd’hui que commencent les Jeux Olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, qui se tiendront du vendredi 9 février au dimanche 25 février. La cérémonie d’ouverture se déroule en ce moment-même, et vous pouvez la suivre en direct sur France Télévisions. Elle marque le défilé commun de la Corée du Nord et de la Corée du Sud, séparées depuis la fin des années 1940.

Les tensions entre la Corée du Sud, proche du Japon, des États-Unis, et la Corée du Nord, menée par Kim Jong-un et soutenue par la Chine, ne se sont jamais véritablement apaisées. Cette cérémonie d’ouverture devrait servir à donner au monde entier l’image d’un rapprochement inédit, synonyme d’une éventuelle paix à venir, ou tout du moins d’une unité entre les deux parties de la Corée. Mais n’est-ce pas là qu’un simple apparat ?

KIM HONG-JI / POOL / AFP



Main dans la main, ces deux Corées défilent actuellement. Après la fixation au terme de la Guerre de Corée d’une frontière les séparant en 1953, aujourd’hui, elles marchent ensemble le temps d’une cérémonie d’ouverture regardée par le monde entier, le temps d’une compétition sportive. La Corée du Sud accueille la Corée du Nord, Moon Jae-In accueille la sœur du controversé Kim Jong-un, aux frasques twitteriennes décalées sur fond de possible guerre nucléaire avec Donald Trump. Kim Yo-jong, sœur cadette de Kim Jong-un, est la première membre de la famille Kim à venir en Corée du Sud depuis la Guerre de Corée.

Kim Yo-jong représentera la famille Kim en Corée du Sud, à Pyeongchang. Crédit photo : Kim Ju-hyung / Yonhap

Le fait est que le monde n’a que peu d’informations sur ce qu’il se passe réellement en Corée du Nord. Un mystère total dans un État totalitaire et se moquant un brin des Droits de l’Homme, fermé au reste du monde, limitant les allées et venues, l’accès et la diffusion de l’information, faisan du pays un terreau d’inspiration pour des films satyriques à l’instar de The Interview de Seth Rogen et Evan Goldberg, qui a bien déplu à Kim Jong-un qui a promis en 2014 des « représailles impitoyables » aux États-Unis si ces derniers ne le faisaient pas interdire. Complètement déjantée, la fiction donnée à regarder dans le film a rattrapé la réalité ces derniers temps, Kim Jong-un toisant Trump et le reste du monde en rappelant notamment que « le bouton nucléaire se trouve sur son bureau en permanence » sur les réseaux sociaux.

Les États-Unis jouent depuis des décennies un rôle prépondérant dans les relations entre les deux Corée. Rappelons que les États-Unis avaient appuyé la Corée du Sud pendant la Guerre de Corée, n’hésitant pas à envoyer des troupes pour y maintenir le modèle capitaliste. En mars 2013, la Corée du Nord affirmait sa volonté d’entrer en conflit avec la Corée du Sud, en mentionnant des représailles si les États-Unis intervenaient. Tandis que la Corée du Nord se renforce d'un point de vue nucléaire, et a procédé à des tests de missiles balistiques intercontinentaux qui n’ont pas été du goût de la Corée du Sud ces derniers mois, Kim Jong-un a accepté d’envoyer une délégation nord-coréenne à Pyeongchang, et d’y envoyer sa sœur. Quelle autre manière de renvoyer une image positive de la Corée du Nord à la planète entière ?

Cette même Corée du Nord avait défilé conjointement avec la Corée du Sud aux Jeux Olympique d’été de 2000, de 2004, avec des athlètes drapés dans une même couleur et marchant sous une bannière commune, avant de ne pas aboutir à une délégation commune aux Jeux Olympiques de Pékin de 2008. Car non, ce n’est pas la première fois que les deux Corée font bonne figure et marchent ensemble lors d’un évènement sportif diffusé mondialement, en promettant un avenir radieux. Thae Yong-ho, ancien diplomate nord-coréen qui a trouvé refuge en Corée du Sud allait jusqu’à théoriser en janvier dernier que si Kim Jong-un envoyait une délégation à ces Jeux Olympiques, c’était à dessein de limiter les sanctions qui pourraient être prises à l’égard de la Corée du Nord.

Quand les deux Corées défilaient ensemble sous un même drapeau aux Jeux Olympiques de Sydney, en 2000. Crédit photo : Getty Images

Si Kim Yong Nam est le chef de la délégation nord-coréenne, en plus d’être officiellement le chef de la Corée du Nord, tous les yeux sont rivés en ce moment sur Kim Yo-jong, la sœur du tristement célèbre Kim Jong-un. Sport et politique ont toujours été étroitement liés : ces Jeux Olympiques seront-ils synonymes de vrais changements pour la Corée dans son ensemble, ou n'est-ce qu'une illusion déjà vue par le passé ? Rendez vous ici pour suivre en direct la cérémonie d'ouverture ! 

Le Canada annonce la fin du plastique à usage unique pour 2021
Source : Le Huff Post
Corée du nord Corée du sud Jeux olympiques
Commentaires