En créant de toutes pièces un canular fondé sur des guirlandes de slips tendues dans le Jura, une classe de 4ème a réussi à tromper l'ensemble des médias pour un projet scolaire

Par
2 692
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

« C’est la fête du slip dans le Jura ! » L’information prêtait au rire et au clic, et pour cause : des guirlandes de slips sorties de nulle part et dressées dans une commune laissent difficilement indifférent. La mystérieuse fête du slip d’un petit village du Jura appelé Poligny a ainsi été traitée et partagée par de très nombreux médias la semaine dernière.

Tout ceci n’était en réalité qu’une vaste manipulation de collégiens en classe de quatrième qui, dans le cadre d’un projet scolaire, ont intelligemment voulu montrer à quel point il était facile d’inventer une information journalistique et de la faire reprendre par les médias de masse. Une farce qui a pris et qui leur a permis d’aller au bout de leur théorie, très habilement.

France Bleu Besançon, Twitter / Capture
Nous ne pouvons que féliciter la classe de 4e du collège Notre-Dame-de-Poligny dans le Jura qui a su attirer l’attention des médias afin justement d'étudier la manière dont les informations se répandent sur la toile et à travers le monde médiatique. Dans le cadre d’un projet, les élèves de la classe ont en effet dressé un peu partout dans la commune de véritables guirlandes de slips, tendues entre les habitations, traversant la ville avec désinvolture et mystère.

Personne n’était en effet officiellement au courant de l’identité de l’instigateur de cette initiative, ni quel était son but, son message. Personne, à part deux complices et partenaires de crime idéaux : la mairie de Poligny, ainsi que la rédaction de France Bleu Besançon, premier média à révéler l'info.

Et ça a marché, très bien, trop bien même : de nombreux autres médias se sont penchés sur l’information, tiraillés entre une curiosité amusée et une volonté de faire de l’audience grâce à un fait divertissant de mystère et de malice. Qui pouvait bien être derrière la fête du slip ?


Aujourd’hui, les collégiens se sont exprimés sur Facebook sur la nature de cette fête du slip, révélant la supercherie en ne manquant pas de lister nos confrères qui ont repris leur "intox", pris dans le piège ainsi tendu.


« Nos actions pirates n’avaient d’autre but que de susciter des réactions, à partir desquelles nous avons écrit un spectacle, Histoires de slips, qui sera représenté le mardi 6 mars, à la Chapelle de la Congrégation de Poligny. Nos fameuses guirlandes ne sont porteuses d’aucune revendication, et ont été posées dans un seul but pédagogique et scolaire. Il s’agissait aussi pour nous d’éprouver la force de répercussion des médias. »


Un savant coup de comm’ de ces enfants, qui ont su se jouer de la sphère médiatique grâce à quelques complices, à savoir notamment la rédaction de France Bleu Besançon, l’association Mi-Scène et ses bénévoles, et la mairie de Poligny, sans qui le canular n’aurait jamais pu prendre forme en premier lieu.

Conformément à leur projet traitant de la désinformation et des fake news, engagé avec leur professeure Laëtitia Garreau ainsi qu’un facétieux artiste nommé Nicolas Turon, ces enfants ont réussi avec humour et bienveillance un véritable tour de force, tout en nous prouvant qu’il est facile de manipuler l'opinion : créer une information de toutes pièces avec peu de chose, et orienter les médias de sorte à ce qu’ils la reprennent dans leurs colonnes, qu’elles soient numériques, ou faites d'encre et de papier. Il ne leur aura suffi que de quelques slips pour faire la une des informations et se jouer du monde des grands.

Ces laveurs de vitres se déguisent en super-héros pour amuser les enfants hospitalisés en pédiatrie
Collège
Commentaires