Ce sexagénaire pourrait perdre sa pension de retraite car la Sécu le croit... mort

Bouton whatsapp

Un homme a été déclaré mort par erreur et sa vie s’en trouve chamboulée aujourd’hui. Récit.

C’est une histoire ubuesque dont les conséquences pourraient être désastreuses.

Un homme, déclaré mort à tort par l’administration, risque de ne pas toucher sa pension de retraite si sa situation n’est pas réglée au plus vite.

Tel est le cauchemar que vit actuellement l’infortuné Alain Delage.

Âgé de 64 ans, ce dernier se retrouve en effet dans une situation intenable comme l’expliquent nos confrères du Parisien.

Image d'illustration. Crédit photo : Istock

La Sécu le croit décédé, il pourrait perdre sa pension de retraite

Tout commence le 17 mai dernier, raconte le quotidien francilien, lorsque le sexagénaire se rend dans une pharmacie de Linas (Essonne), une commune de 6 900 âmes environ dans laquelle il réside.

La personne qui le prend en charge lui apprend alors que sa carte vitale n’est plus valable et qu’il vaudrait mieux qu’il contacte la Sécurité sociale pour clarifier cette anomalie. Il découvre par ailleurs que son compte Ameli n’est plus accessible.

Surpris mais pas inquiet pour autant, Alain Delage s’exécute et contacte donc la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) sans plus attendre. Mais ce que son interlocuteur va lui communiquer au téléphone dépasse l’entendement puisqu’on lui fait savoir qu’il est… mort.

Alain Delage tombe évidemment des nues en apprenant que l’administration le croit décédé. Mais il n’est pas au bout de ses peines car cette terrible nouvelle signifie par la même occasion qu’il ne peut plus jouir de ses droits de citoyens.

Paniqué, il fait alors la demande d’un « certificat de vie » qu’il obtient puis l’envoie tour à tour à la CPAM, la Cnav (Caisse nationale d’assurance vieillesse) et l’Agirc-Arrco (Retraite complémentaire).

Hélas, il n’obtient que très peu de réponses de la part de ces organismes. Pire encore, aucune démarche concrète ne découle de ces échanges.

Aujourd’hui dans l’impasse, Alain Delage craint que sa situation s’éternise et redoute de ne « pas toucher (sa) pension début juin ».

Image d'illustration. Crédit photo : Istock

Depuis la parution de son histoire dans le Parisien, le sexagénaire a enfin été contacté par la CPAM qui lui a indiqué qu’une erreur humaine serait à l’origine de cet imbroglio. Il aurait ainsi été confondu avec son père, décédé le 10 mars dernier.

Alain Delage espère désormais que tout rentrera dans l’ordre dans les plus brefs délais.

Source : Le Parisien

Au sujet de l'auteur : Mathieu D'Hondt

Évoluant dans la presse web depuis l’époque où celle-ci n’en était encore qu’à ses balbutiements, Mathieu est un journaliste autodidacte et l’un de nos principaux rédacteurs. Naviguant entre les news généralistes et les contenus plus décalés, sa plume s’efforce d’innover dans la forme sans jamais sacrifier le fond. Au-delà de l’actualité, son travail s’intéresse autant à l’histoire qu’aux questions environnementales et témoigne d’une certaine sensibilité à la cause animale.