Des opérations « sauvetage de poules » menées dans toute la France pour éviter l'abattage aux gallinacés

Par
1 589
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Plusieurs associations mènent des actions en France pour sauver des poules destinées à l'abattage. Lorsqu'ils arrivent à l'âge de 18 mois, ces gallinacés dits « réformés » pondent un peu moins de 300 œufs par an, ce qui n’est plus rentable pour l’éleveur, qui doit alors s'en séparer.

Crédits : Altervita

Offrir une seconde vie à des poules, tel est l'objectif de l'association de protection animale Altervita. Cette dernière a lancé une vaste opération de sauvetage de plus de 1 000 poules pour leur éviter de finir à l'abattoir. Ces volailles de 18 mois sont issues d'un élevage bio situé en Ardèche et dans lequel elles ne sont plus les bienvenues. Elles sont en effet arrivées à un moment de leur vie où elles ne pondent plus suffisamment d’œufs pour que cela soit rentable pour l'éleveur, qui n'a alors d'autre choix que de s'en séparer.

C'est là que l'association intervient, en récupérant gratuitement les gallinacés pour les replacer dans des familles désireuses de les accueillir. Un appel a ainsi été lancé sur les réseaux sociaux le 22 mai dernier. Les candidats n'ont qu'à remplir le formulaire d'adoption crée à cet effet pour faire savoir leur intérêt. L'opération se tiendra début juin, le jour reste à préciser.

En échange de trois petits euros, qui permettront à l'association d'amortir les coûts de logistique, transport et nourriture, vous pourrez donc adopter une de ces dames, dont l'espérance de vie est d'au moins dix ans.

Des milliers de poules adoptées

Altervita n'est pas la seule à mettre en place ce genre d'initiatives. L'association « Poules pour tous » sauve elle aussi des gallinacés « réformés » du sort tragique qui les attend, en les rachetant à des éleveurs.

Thomas Dano, 27 ans, a créé cette association qui œuvre près de Nantes en juillet 2017. Ce dernier a eu le déclic en février de la même année, quand il a vu qu'un éleveur vendait ses 1 000 poules après un an de ponte seulement et pour deux euros, rapporte le site Positivr. Avec son frère, il les achète toutes sur un coup de tête pour leur éviter l'abattage. Tous deux ont alors l’idée de mettre des annonces sur internet pour trouver des familles qui souhaiteraient acquérir des poules. En seulement six semaines, elles sont toutes vendues.

Depuis, le jeune homme rachète des volatiles d’environ 18 mois aux producteurs, quatre fois plus cher que l’abattoir, pour que cela soit intéressant pour eux. Entre août et octobre 2017, l’association a ainsi sauvé 5 000 poules de l’abattoir. Elle compte développer davantage le concept en créant un vrai réseau dans toute la France.

Pour adopter une poule, il suffit de peu : un bout de terrain, un petit abri, de l'eau, du grain et un peu de temps à accorder. En plus d'être des animaux sociables, ces dames sont de « véritables alliées du potager », assure Altervita : « Elles fertiliseront votre jardin tout en vous débarrassant des limaces et des escargots », note l'association sur son site. Vous pourrez également vous régaler en mangeant des œufs frais, car si elles ne pondent plus suffisamment pour un élevage professionnel, elles font tout de même près d'un œuf par jour et ce jusqu'à leurs 7 ans, âge moyen de la ménopause chez les poules.

« Poule pour tous » donne par ailleurs de nombreux conseils aux familles adoptives pour apprendre à connaître la poule et bien s'occuper d'elle.

VIDEO : Le « violentomètre » permet aux couples de mesurer la violence dans leur relation
Source : Altervita
Poules Animaux Abattoirs élevage
Commentaires