Du boeuf dans des yaourts, sécrétions d'insectes dans des boissons : une ONG dénonce le manque de transparence de certaines marques alimentaires

Par
3 426
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Foodwatch, une ONG qui défend les droits des consommateurs et consommatrices à plus de transparence dans le secteur alimentaire, a dévoilé, ce mercredi 19 septembre, une liste d’une douzaine de produits vendus en grande surface contenant des substances animales non indiquées sur leur étiquetage.

Insectes, porc, bœuf et bien d’autres substances se cachent dans vos plats. C’est l’organisation non-gouvernementale Foodwatch qui dévoile le pot aux roses en pointant du doigt douze produits disponibles en grande surface. Selon les membres de l’ONG, les industries agroalimentaires utilisent régulièrement ces dérivés d’animaux, mais se gardent bien de l’indiquer clairement aux consommateurs.

« Les industriels de l’agroalimentaire savent pertinemment bien quand ils recourent à des ingrédients, additifs ou auxiliaires technologiques dérivés d’animaux. Nous avons nous aussi le droit de savoir pour choisir librement ce que l’on souhaite consommer ou pas. » peut-on lire dans le manifeste publié sur leur site.

Dans l’article, on apprend que dans certains yaourts, on y trouve de la gélatine de bœuf mais l’étiquetage ne l’indique pas, seule la mention « gélatine » est indiquée. Autres produits accusés de non-information : les petits oursons en chocolats en guimauve ou les chamallows qui contiennent de la gélatine de porc.

Douze produits sont pointés du doigt par l'ONG. Crédits : Shutterstock/Photobac

Des indications incompréhensibles

L’ONG dénonce aussi les indications sur les emballages aux sobriquets scientifiques et incompréhensibles pour grand nombre d’entre nous. « C’est par exemple le cas du mystérieux « shellac » (E904) - une sécrétion de cochenille asiatique - que l’on retrouve dans de la glace ou encore sur des pommes bien rouges par exemple. » dévoile l’organisation.

D’autres marques de légumes ajoutent des substances dans des produits normalement hors de tout soupçon. On peut donc retrouver du bouillon de volaille dans des flageolets ou de la gélatine de bœuf dans des macarons. Mais contrairement aux yaourts cités plus tôt, l’étiquetage de ces produits est clair.

Foodwatch a contacté de nombreux fabricants pour les interroger sur ces pratiques, mais l’ONG nous apprend que beaucoup d’entre eux ont refusé de répondre aux questions. Aujourd’hui, rien oblige les marques de renseigner les consommateurs sur ces « auxiliaires technologiques » (additif utilisé dans l’industrie agroalimentaire), donc ces enseignes préfèrent jouer la carte de la discrétion sur la provenance de certains de leurs ingrédients.

Foodwatch a donc lancé une pétition sur son site « Nous voulons savoir quand il y a du bœuf dans vos produits ! », pour demander un étiquetage plus transparent pour le consommateur. Actuellement, le compteur indique plus 3 500 signataires

La liste des douze produits accusés par Foodwatch est disponible sur le site de l’ONG.

Source : Foodwatch
Animaux Agroalimentaire
Commentaires
iv>
Derniers articles