Au Soudan, une jeune femme de 19 ans a été condamnée à la peine de mort après avoir été violée par son mari

1 524partages

19 ans et condamnée à la peine de mort. Elle voulait s'épargner un second viol par son mari avec lequel elle avait été mariée de force par son père à l'âge de 16 ans et a agi en légitime défense en le tuant. Une condamnation dont s'indigne Amnesty International qui, lors d'un communiqué, a exigé l'annulation de cette condamnation.

Crédit image : Shutterstock.com / kittirat roekburi

Le calvaire. La double peine pour Noura Hussein Hammad, une Soudanaise de 19 ans, mariée de force alors qu'elle avait 16 ans. Son mari, Abdulrahman Hammad, n'a pas supporté que sa femme lui refuse des rapports sexuels. Alors, comme le rapporte Amnesty International, il a appelé deux de ses frères et un cousin pour qu'ils tiennent la jeune femme, le 2 mai 2017, pendant qu'il la viole. Le lendemain matin, le mari tente à nouveau de la violer. Mais les choses ne se passent pas comme prévu.

Noura Hussein Hammad, ne se laisse pas faire : « Elle s'est enfuie dans la cuisine, où elle a attrapé un couteau. Dans la bagarre qui a suivi, Adbulrahman a succombé à des coups de couteau » précise l'Amnesty. La jeune femme s'est alors rendue chez son père qui l'a livrée à la police. Et alors que la loi soudanaise ne reconnaît pas le viol conjugal, la jeune femme a été, en juillet 2017, reconnue coupable d'homicide volontaire et condamnée à la peine de mort.

Pour le directeur régional d'Amnesty International, la condamnation de Noura Hussein Hammad, qui est une « est une victime et la peine prononcée à son encontre est d’une cruauté intolérable », doit être annulée et doit voir s'ouvrir un nouveau procès car « La peine de mort est le châtiment le plus cruel, inhumain et dégradant. L’appliquer à une victime ne fait que souligner l’échec des autorités soudanaises à reconnaître la violence qu’elle a endurée. »

« Amnesty International s'oppose à la peine de mort dans tous les cas, sans exception, quelle que soit la nature ou les circonstances du crime; la culpabilité, l'innocence ou d'autres caractéristiques de l'individu; ou la méthode utilisée par l'État pour effectuer l'exécution. À ce jour, 106 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes et plus des deux tiers des pays du monde sont abolitionnistes en droit ou en pratique. »

En vidéo : Eliot Kohek, un tatoueur français qui réalise des œuvres bluffantes de réalisme
Plus d'articles
Dernières news