Croyant qu'il s'agit d'un gros mot, Facebook censure la page officielle de la ville de... Bitche

920partages

Facebook a ses raisons que la raison ignore ! Le réseau social créé par Mark Zuckerberg vient une nouvelle fois de le prouver en supprimant temporairement la page de la commune française de Bitche, dont le nom a été confondu avec une célèbre insulte. Précisions.

C’est une situation assez cocasse qui montre à quel point les algorithmes peuvent parfois se montrer bêtes et méchants sur le web.

La page facebook de la commune de Bitche, située près de Sarreguemines dans le département de la Moselle, a été dépubliée par le célèbre réseau social qui l’a manifestement confondue avec l’insulte anglophone « Bitch », dont on vous épargnera la traduction.

Remarquez, si vous êtes un habitué des films ou séries en versions originales, notamment « Breaking Bad », nul besoin de vous expliquer la signification de ce mot peu flatteur.

Facebook confond la ville de Bitche avec l'insulte... anglophone « Bitch » et supprime la page de la commune

La disparition de la page aurait eu lieu le 19 mars dernier et en attendant de pouvoir éventuellement la récupérer - la procédure d’appel auprès du géant américain peut durer plusieurs mois -, Bitche a décidé d’en créer une nouvelle, baptisée « Mairie 57230 », afin de continuer à informer ses habitants.

Pour ne pas subir le même sort, d’autres communes du pays de Bitche, dont le nom comporte le fameux mot de la discorde, ont décidé de modifier l’intitulé de leur page facebook.

C’est notamment le cas de Rohrbach-lès-Bitche qui a choisi de rebaptiser sa page « Ville de Rohrbach ». Le community manager s’en est d’ailleurs expliqué, à travers un post plutôt comique.

« Nous souhaitons vous expliquer le changement de nom de la page. Loin de nous l’idée de renier le nom de notre beau village… mais force est de constater que facebook semble faire la chasse au terme associé à Rohrbach… nous vous laissons imaginer la raison... Nous avons donc préféré anticiper plutôt que de risquer une fermeture (...) », peut-on lire ainsi sur la page officielle de la commune.

La magie d'internet (ou pas) ! Finalement, selon l'AFP ce mardi 13 avril, Facebook France a reconnu une “analyse incorrecte de la part de nos systèmes”, ces derniers bannissant automatiquement les insultes sur les comptes.