Cette vache s'est échappée alors qu'elle était en chemin pour l'abattoir et a provoqué un élan de solidarité pour lui permettre une belle retraite

Par
1 841
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Comme si elle savait ce qui l'attendait : le chemin de l'abattoir a provoqué la crainte chez cette vache limousine de 3 ans et demi. Instinct de survie ou simple envie d'escapade, Hermien s'est échappée dans les bois et a suscité un vent de solidarité chez les Néerlandais.

Hermien est en cavale depuis plus d'un mois dans l'est du Pays-Bas. Alors qu'elle était sur le chemin de l'abattoir, cette vache âgée de 3 ans et demi a pris peur et a préféré s'échapper que de se résoudre à une mort certaine. Devenue autonome, elle se nourrissait la nuit dans des étables voisines. Cachée dans un bois, son histoire a mis en émoi nombre de Néerlandais qui ont décidé de la secourir.

Une belle retraite offerte

Afin de réserver au bovidé rebelle un bel avenir serein, ils ont décidé de se cotiser pour récolter le maximum d'argent pour pouvoir la racheter à son éleveur. Le but ? La laisser se reposer dans des parcs pour bovins qui leur assurent la liberté jusqu'à la fin de leur vie. Edo Hamersma, vétérinaire, a expliqué auprès de l'AFP qu’« elle a dû avoir un moment de stress et de panique en voyant le camion vers l’abattoir. Depuis, nous ne parvenons pas à l’attraper ».

Et, comme le hashtag n'est pas l'apanage des causes humaines, les réseaux sociaux ne sont pas passés à côté du phénomène afin de brandir des nouveaux mots-dièses pour aider le bovin. Alors, #JeSuisHermien, #GoHermien et #MeKoe (moi vache) ont fleuri sur Twitter et ont permis de récolter pas moins de 50 000 euros, une somme qui permet l'achat de la vache et lui promettre une retraite paisible.

La famille royale émue

De son côté, Pieter van Vollenhoven, beau-fils de l’ancienne reine Beatrix, s'est pris d'affection pour cette vache fugitive et a même tweeté un message de soutien : « Nous devons sauver la vache Hermien. Achetons-la ensemble pour lui offrir la liberté ».

Mais, si l'argent a été réuni, encore faut-il parvenir à capturer Hermien, qui semble bien décidée à profiter de sa nouvelle vie de bohème ! Une étape hasardeuse selon le vétérinaire, à cause de sa peur de retourner à l'abattoir. « Je ne peux pas l’approcher et lui tirer dessus pour l’endormir. Elle est très stressée et craintive, elle pourrait prendre peur et traverser l’autoroute ». Et de rajouter qu'il « faut la laisser tranquille, attendre les beaux jours et la sortie des troupeaux dans les prés. Elle devrait alors se rapprocher des siens d’elle-même ».

La fonte des glaces du Groenland donne l'impression que les chiens de traîneau courent sur l'eau
Source : Nouvel Obs
Vache Abattoir
Commentaires