Il trouve un galet sur la plage et le met dans sa poche... le galet prend feu et le brûle sévèrement

Bouton whatsapp

Focus sur la mésaventure vécue par un pauvre badaud qui des promenait sur le littoral normand.

C’est un incident aussi rare qu’improbable !

À voir aussi

En pleine balade en amoureux sur une plage de Normandie, un homme a bien failli s’immoler involontairement à cause d’un…galet.

En effet, après avoir ramassé ce qu’il croyait être un galet rose sur le sable, l’infortuné – prénommé Benoît - l’a ensuite mis dans sa poche mais celle-ci s’est soudainement enflammée et sa veste a alors pris feu.

Racontée par nos confrères de France 3 Normandie, la scène à peine croyable s’est déroulée début novembre sur la plage de Saint-Côme-de-Fresné (Calvados).

Si ses jours ne sont pas en danger, l’homme a tout de même été sérieusement brûlé à la main et à la jambe.

Après avoir mis un galet dans sa poche, sa veste s’enflamme soudainement

Mais comment diable une pierre a-t-elle pu s’embraser de la sorte ? Contrairement à ce que le malheureux Benoit pensait, il ne s’agissait pas d’un caillou mais de… phosphore blanc, issu d’une vieille bombe de la Seconde Guerre mondiale.

« Quand j'ai vu que de la fumée sortait de ma poche, j'ai vite compris que j'avais récupéré du phosphore. J'ai plongé ma main dans la poche mais je me suis brûlé les doigts. Le temps d'enlever ma veste, mon pantalon avait déjà pris feu », a ainsi raconté le promeneur.

Le Musée du débarquement de Utah Beach (image d'illustration). Crédit photo : Istock

Il faut savoir que le phosphore blanc a la particularité de s'enflammer au contact de l’air quand il est sec. Un détail qui a son importance car peu de temps après que Benoît ait ramassé le « caillou », sa femme l’a rincé dans l’eau. Il est donc resté humide pendant un certain temps avant de sécher puis de s’embraser dans la poche.

Ce fragment de bombe au phosphore était bel et bien un vestige des armes utilisées jadis par l’armée américaine lors du débarquement de Normandie.

Les morceaux encore présents sur les plages normandes sont reconnaissables à leur couleur rose, voire rouge vif.

Si d’aventure vous en repérez, ne les ramassez surtout pas et prévenez la gendarmerie ou la police.

Benoit l’aurait certainement fait s’il avait su. C’est la raison pour laquelle il a lancé un appel à la prudence sur Facebook.

Source : France 3
Bouton whatsapp
Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter