Ce champion d'ultra-trail réalise l'ascension de l'Everest en 26 heures et sans oxygène... Un exploit exceptionnel !

Par
1 406
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

« L’ultraterrestre » a réalisé un véritable exploit !

Le champion espagnol d’ultra-trail (course à pied sur une très longue distance en pleine nature) Kilian Jornet a gravi ce week-end l’Everest en 26 heures. Commencée au monastère de Rombuk (5 100 m) à partir de 22h le 20 mai, son ascension s'est terminée à minuit heure locale dans la nuit du 21 au 22 mai, au sommet du monde d’une seule traite. C’est par cette ultime ascension que s’achève son projet « Summits of my life ».

Crédit photo : Kilian Jornet / Facebook

Sa traversée a commencé au niveau de la face nord, réputée comme étant plus compliquée que la voie népalaise. Au lieu de le faire en plusieurs jours comme n’importe quel alpiniste expérimenté, lui l’a fait en un temps record : « Un himalayiste traditionnel va faire le même parcours en quatre ou cinq jours. 26 heures, c'est généralement ce que mettent les summiters de l'Everest entre le dernier camp, situé à 8 300 mètres d'altitude, et le sommet. Kilian, lui, est parti à 5 000 mètres d'altitude » raconte le guide de haute montagne François Damilano à France info.

L’ascension de l’extraterrestre s’est faite sans aucune aide particulière, ni assistance artificielle d’oxygène, ni de cordes. Très peu de personnes se sont mis le défi de le faire sans aide d’oxygène. Pour autant son défi n’a pas été de tout repos, malgré une ascension sans aucun problème jusqu’aux 7700 m, c’est à partir de ce moment-là que quelques soucis se sont installé, ralentissant sa course.

Crédit photo : Kilian Jornet / Facebook

En effet, c'est à partir de ce moment-là qu'il a commencé à ressentir des douleurs : « J’ai commencé à avoir des maux d’estomac, sans doute dus à un virus. À partir de là, j’ai avancé lentement, et je devais m’arrêter régulièrement. Ce qui ne m’a pas empêché d’atteindre le sommet à minuit dans la nuit de dimanche à lundi » dit-il sur sa page Facebook.

Cette ascension n’est pas anodine, il avait notamment battu en 2013, le record d’ascension du mont-Blanc (4 810 m). En effet il avait effectué l’aller-retour depuis Chamonix (1000 m) en 4 heures 57 minutes et 40 secondes. Le tout à pied ! Ce record avait été réalisé dans le cadre de son projet «Summits of my life» qui s'est achevé ce week-end. Celui-ci consistait à battre les records d’ascension et descente des montagnes les importantes de la planète et qui culminait avec cette dernière ascension.

Crédit photo : Kilian Jornet / Facebook

Du côté de la face sud, le record appartient à Kazi Sherpa qui avait réalisé en 1998, l’ascension depuis le camp de base, sans oxygène, en 20 heures et 24 minutes. Tandis qu’avec un apport en oxygène, l'exploit est attribué à Pemba Dorje Sherpa qui est arrivé au sommet en 8 heures et 10 minutes…

Reste à savoir si sa course sera homologuée comme un record !

VIDEO : Avec le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, des femmes revendiquent leur droit à s'habiller comme elles le désirent
Source : France Info
Everest Oxygène
Commentaires