Horreur dans un élevage de lapins en Bretagne, une plainte déposée après la diffusion d'images terribles

Bouton whatsapp

Un élevage de lapin se retrouve dans la tourmente après la publication par l’association L214 d’images terribles, témoignant de la cruauté des lieux. Âmes sensibles, s’abstenir.

Sur tous les fronts, L214 continue sa croisade pour le bien-être animal et épingle cette fois un élevage de lapins, fustigé pour ses conditions atroces.

À voir aussi

L’association, qui milite pour les droits des animaux a ainsi publié mercredi 24 août des images insoutenables dans lesquelles on peut voir notamment des lapins agonisant au milieu de cadavres en décomposition, ou encore des lapereaux « mutilés par leur mère stressée ».

Crédit photo : L214 / Capture d'écran

La cruauté qui transparaît de cette enquête en dit long sur les graves manquements dont se rend coupable le personnel.

Situé à Domalain, en Ille-et-Vilaine, l’établissement en question appartient à l’enseigne « Le Gaulois » qui se serait bien passée d’une telle publicité.

Un élevage de lapins de la marque Gaulois épinglé par L214

Si l’on en croit L214, l’élevage est dirigé par Frédéric Blot, qui n’est autre que le président de la Fédération nationale des groupements de producteur de lapins, dont le visage apparaît « d’ailleurs en photo sur l’étiquette des barquettes » vendues par « Le Gaulois », comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Crédit photo : Istock

L’association a décidé de porter plainte contre ce dernier auprès du procureur de Rennes, « pour le délit de mauvais traitements (défaut de soins des lapins malades ou blessés, installations inadaptées causant des souffrances, manipulations violentes) et pour le délit d’abandon (animaux laissés agonisants) contre la SCEA du Moulin ».

Le vétérinaire des lieux est également visé par cette plainte émise par L214 qui réclame par ailleurs la fermeture définitive de l’exploitation.

Affaire à suivre !

Source : L214
Bouton whatsapp
Recevez le meilleur de l'actu de Demotivateur par mail !
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter