Surnommée « Mowgli Girl », cette fillette a été découverte vivant seule en compagnie de singes dans la jungle... Voici son histoire

Par
832
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

S'agirait-il d'un nouveau cas contemporain d'enfant sauvage ? En Inde, une petite fille âgée de dix ans a été récemment découverte au milieu d'un groupe de singes, dans l'Uttar Pradesh, une région située tout au nord de l'Inde.

L'enfant, qui ne savait pas parler et qui ne se déplaçait qu'à quatre pattes, a été découverte complètement nue, dans la jungle de la réserve de Katarniaghat, à proximité de la frontière népalaise. C'est un officier de la police indienne qui l'a repérée, lors d'une patrouille de routine. « Elle était terrifiée de nous voir. Les singes m'ont attaqué en voyant que je tentais d'emmener la petite, » a raconté le fonctionnaire au journal Times of India.

Comme la fillette était émaciée et présentait d'importantes lésions sur les bras et les jambes, elle a été immédiatement transportée au plus proche hôpital, dans la ville de Bahraich. Depuis, les autorités tentent de percer son mystère et de comprendre ce qui a bien pu lui arriver. En attendant, la presse lui a immédiatement trouvé le surnom de « Mowgli Girl », en référence au célèbre personnage du « Livre de la jungle » de Rudyard Kipling. Il faut dire qu'entre la fiction et la réalité, les deux histoires semblent converger : le Mowgli de Kipling est lui aussi un enfant indien d'une dizaine d'années, abandonné dans la jungle et élevé par un groupe d'animaux sauvages.
Crédit : @ANI UP, Twitter


Les histoires d'enfants sauvages ont toujours profondément fasciné les humains, et on en trouve la trace notamment dans de nombreuses œuvres littéraires. De Rémus et Romulus, les jumeaux fondateurs de Rome élevés par une louve, au mythe de Mowgli, en passant par le film de François Truffaut " l'Enfant Sauvage ", il faut dire que ce genre d'histoires ne laisse pas indifférent. Et c'est sans parler des cas avérés qui inspirent souvent ces histoires et qui ont déjà défrayé la chronique par le passé, comme le cas célèbre de Victor de l'Aveyron, découvert à la fin du XVIIIe siècle dans une forêt française (et qui a inspiré le film de Truffaut). Pas étonnant donc que cette histoire, reprise notamment par nos confrères du Figaro.fr ait eu un si fort retentissement au cours des derniers jours...

Enfant sauvage, ou enfant handicapée victime d'abandon et de maltraitance ?

Cependant, et comme d'ailleurs dans le cas du jeune Victor découvert en Aveyron, des doutes se sont rapidement installés sur l'origine exacte de cette vie dans la nature. Selon certains historiens, la vie de Victor de l'Aveyron aurait été beaucoup moins romanesque que ce qu'on a longtemps cru : Atteint d'une forme d'autisme et victime d'une tentative d'assassinat de la part de ses parents, ce dernier se serait réfugié dans la forêt et aurait été découvert après un certain temps. Selon ces historiens, son trouble mental et le profond traumatisme vécu expliquerait son caractère sauvage et son absence de capacité à s'exprimer, qui aurait d'abord fait croire à une vie entière passée dans les bois. De même, la théorie de la violence familiale expliquerait les blessures retrouvées sur l'enfant, qui avaient jusqu'à présent été imputées aux aléas de la vie dans la nature.

De même, l'histoire de « Mowgli Girl » commence à faire des sceptiques : est-elle vraiment née dans la nature, abandonnée depuis son plus jeune âge ? A-t-elle passé sa vie entière loin des hommes, ou bien son « adoption » par une troupe de singes est-elle un événement bien plus récent, remontant à quelques semaines ou mois ?



Pour, D.K. Singh, le directeur de l'établissement médical où la jeune fille a été prise en charge, tout porte à croire que l'enfant a passé sa vie entière avec les animaux, dont elle aurait copié les comportements : « Elle se comportait comme un animal. Elle se déplace sur ses quatre pattes et mange à même le sol avec sa bouche ». De plus, elle poussait des cris semblables à ceux utilisés par les primates pour communiquer entre eux, ce qui conforterait la thèse de l'enfant sauvage.

Cependant, Gyan Praksh Singh, qui travaille à l'office de préservation des forêts, juge qu'il n'est « pas possible qu'un enfant passe des années dans la forêt sans être repéré par un membre du personnel ou par l'une des centaines de caméras cachées pour surveiller et observer la forêt ». De même, les progrès rapides de l'enfant pour lui faire retrouver un « comportement humain » constatés par les pédiatres semblent également remettre cette première version en cause : « Elle rampait au début mais elle marche normalement maintenant, souligne le docteur Arun Lal. Cela signifie qu'elle n'est pas née dans la forêt. »

L'histoire pourrait être beaucoup moins joyeuse, selon les spéculations de certains : La petite fille pourrait être en fait une enfant handicapée, dont les parents auraient cherché à se débarrasser, par peur ou par honte.
Capture d'écran / Le Parisien

« Si elle vivait avec les singes, c'était seulement depuis quelques jours,
pense JP Singh, responsable forestier cité par le quotidien britannique The Guardian. Ses expressions faciales montrent qu'elle est handicapée, non seulement mentalement mais aussi physiquement, poursuit-il. Je pense que la famille de cette enfant était consciente qu'elle ne pouvait pas parler, et elle l'a sûrement abandonnée près de la route. »

Pour l'heure, enfant sauvage ou non, la fillette a été placée en lieu sûr, dans une institution où elle reçoit une aide médicale appropriée, et les médecins constatent déjà de gros progrès et une amélioration visible de son état de santé : « Elle n'est toujours pas en mesure de parler, mais elle comprend ce qu'on lui dit et nous sourit parfois », a indiqué le docteur D.K. Singh.
Le gouvernement veut interdire la corrida aux mineurs de moins de 16 ans
Source : Le Figaro
Commentaires