Le BioUrban, un appareil révolutionnaire capable de dépolluer autant d'air que 368 arbres

6 999partages

Chaque année, la pollution de plus en plus inquiétante de l’air fait les gros titres des journaux dans le monde entier. Que ce soit dans les grandes villes ou dans les zones rurales, des milliards de microparticules dues à l’activité de l’Homme envahissent l’atmosphère.

Crédit : BiomiTech

Publicité

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),cette pollution grandissante serait même à l’origine de plus de 7 millions de décès par an dans le monde. Un bilan particulièrement alarmant qui a poussé de nombreux chercheurs et entreprises à développer différents projets dans le but de traiter et assainir l’air. L’un d’eux, baptisé « BioUrban » et mis au point par BiomiTech, obtient des résultats très encourageants.

Comment le BioUrban fonctionne-t-il ?

Il s’agit ni plus ni moins d’un robot en métal capable de réaliser l’équivalent en photosynthèse de 368 arbres. Monté sur pied, il fonctionne grâce à 5 cylindres d’un volume de 100 litres chacun rempli d’algues. Ces dernières, choisies en grande partie pour leur capacité à transformer le dioxyde de carbone en oxygène, absorbent l’air, le filtrent puis le rejettent dans une forme purifiée.

Autre énorme avantage du BioUrban : il est totalement autonome ! En effet, son besoin en énergie est pris en charge à 100% par les panneaux solaires qu’il abrite. À noter également qu’il peut rester en activité 24h sur 24 grâce à des lampes qui éclairent les algues dès qu’il fait nuit, et leur permet ainsi de continuer leur cycle de photosynthèse. Quant aux algues, elles doivent être changées tous les 3 à 4 mois et sont ensuite réutilisées pour servir d’engrais dans les terres agricoles.

Cet appareil révolutionnaire facturé 40 000 euros a déjà été installé dans plusieurs pays comme le Mexique, le Panama, la Colombie et devrait bientôt faire son arrivée en Europe. Le Royaume-Uni et la France, désireux de lutter contre la pollution de l’air, ont fait savoir l’intérêt qu’ils portaient au BioUrban.

Source : RFI
Plus d'articles