Le Chili, premier pays d'Amérique latine à interdire les sacs plastiques

Le Chili, premier pays d'Amérique latine à interdire les sacs plastiques

Par
3 965
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Pour faire barrage à la pollution plastique, le Chili devient le premier pays d’Amérique du Sud à interdire les sacs plastiques.

Une décision qui s’imposait puisque sur les 17,5 millions d’habitants, seulement 4% de la population recycle ses déchets. Se passer désormais de sacs plastiques s’inscrit donc comme une véritable révolution culturelle. Le président chilien Sebastian Piñera n’a pas caché son excitation à l’annonce de cette décision, en distribuant des sacs en toile au public : « Je voulais partager ma joie avec vous : à compter d’aujourd’hui, nous promulguons la loi ».

Dans les grandes lignes, le texte interdit la distribution de sacs en plastique, sauf ceux servant à emballer des aliments «pour des raisons hygiéniques ou pour éviter le gâchis de nourriture». Ainsi, depuis le vendredi 3 août, le Chili donne six mois aux grandes entreprises, et deux ans aux petits commerces, pour se conformer à cette interdiction.

Le Chili, premier pays d'Amérique Latine à interdire les sacs plastique. Crédit photo : Shutterstock / Emilija Milijkovic

Au niveau pénal, la loi prévoit une amende de 320 euros environ par sac plastique remis à un client : « Nous sommes très heureux de faire un pas dans la bonne direction. Ce que nous proposons est simple: nous voulons changer le mode de vie des Chiliens. Nous voulons passer de la culture du jetable à celle du durable » a indique le président chilien.

Au Chili, on estime que 3,4 milliards de sacs sont utilisés par an et que 90% d’entre eux finissent dans les décharges, ou dans la mer. Une pollution visible qui ne pouvait plus durer pour les pouvoirs publics comme le souligne Marcela Cubillos, ministre de l’environnement :

« Près des côtés, entre le Chili et le Pérou, il y a des îles de plastique de la taille du Mexique. Non seulement la quantité est problématique, mais surtout la durée, puisque les sacs peuvent rester dans la nature jusqu’à 4000 ans sans se dégrader, alors que leur utilité dans la vie quotidienne ne dépasse pas les trente minutes ».

Récemment, des scientifiques chiliens avaient présenté leur invention : un sac plastique non-polluant qui se dissout dans l’eau en quelques minutes, ce qui pourrait être une alternative intéressante au sac plastique basique.

Commentaires