Le destin du petit Eitan, seul survivant de l'accident de téléphérique dans le Piémont, émeut l'Italie

1 728partages

Moins d'une semaine après le dramatique accident de téléphérique à Stresa, l'Italie panse ses plaies et le pays tout entier espère désormais que le petit Eitan (5 ans), l'unique survivant du drame qui est toujours hospitalisé, puisse s'en sortir.

Le terrible accident de téléphérique survenu dimanche dernier à Stresa dans le Piémont, au nord de l’Italie, a grandement bouleversé nos voisins transalpins.

À voir aussi

Et depuis quelques jours, les Italiens se sont pris d’affection pour le petit Eitan, 5 ans, l’unique survivant du drame, qui a perdu ses parents, son frère ainsi que ses arrière-grands-parents dans l’accident.

Seul survivant de l'accident de téléphérique à Stresa, Eitan, 5 ans, émeut l'Italie

Le destin du petit garçon, qui est sorti du coma mais reste hospitalisé à Turin, est en effet en train d’émouvoir tout le pays, qui espère de tout cœur une évolution positive de son état de santé.

De nombreux journalistes mais aussi des anonymes, venus témoigner de leur solidarité, défilent ainsi devant l’hôpital turinois, où l’enfant a été admis après l’accident.

Beaucoup d’Italiens y ont déposé des dessins et autres messages touchants destinés au petit garçon.

Souffrant de multiples fractures ainsi que d’un traumatisme crânien, Eitan est un véritable miraculé.

Son état est toujours jugé préoccupant mais le garçonnet a pu communiquer avec certains membres de sa famille, à son réveil.

Né en Israël, Eitan peut également compter sur le soutien de la communauté juive italienne qui a organisé une grande collecte pour lui venir en aide.

« Nous avons près de 39 000 euros. Il y a beaucoup de personnes qui ont contribué, soit des institutions, soit des fondations, mais aussi beaucoup de citoyens », a ainsi indiqué Dario Disegni, président de la communauté juive italienne.

Cinq jours après le drame, l’enquête se poursuit et les trois responsables de la société qui exploitait le téléphérique ont été interpellés pour avoir délibérément désactivé le système de freinage d’urgence qui aurait dû bloquer la cabine quand un câble s’est rompu.