Testé en Finlande, le revenu universel s'avère bénéfique pour le moral des chômeurs et ne nuit pas au marché du travail

2 487partages

Testé en Finlande, le revenu universel présente un certain nombre d'avantages que l'on vous détaille ici.

Mesure phare portée par Benoît Hamon lors de la dernière campagne présidentielle, le revenu universel continue d’alimenter les débats et s’invite même à la table des discussions sur l’après pandémie de coronavirus, à l’heure où beaucoup réclament un changement de paradigme au sein de nos sociétés.

Un projet pilote mené en Finlande - pays réputé pour être celui où les habitants sont le plus heureux au monde - révèle que la mise en place d’un tel dispositif s’avère positive pour le moral, la santé ainsi que l’esprit d’initiative de ses bénéficiaires.

Crédit photo : Hietaparta / Pixabay

« Petits effets sur l’emploi mais une meilleure sécurité économique et un bien-être mental »

Ainsi, entre le 1er juin 2017 et le 31 décembre 2018, 2 000 chômeurs finlandais ont perçu un revenu mensuel de 560 euros sans la moindre condition préalable, en remplacement de leurs habituelles allocations de demandeurs d’emploi.

Une aide que ces derniers ont pu, de facto, cumuler avec des allocations familiales ou encore des revenus complémentaires en cas de retour à la vie active.

Selon les résultats de ce test à grande échelle, on observe « de petits effets sur l’emploi » mais une « meilleure sécurité économique perçue, et un bien-être mental » chez les bénéficiaires.

Pour en arriver à ces conclusions, l’Institut du travail pour la recherche économique a comparé les taux d’insertion professionnelle des personnes choisies pour le projet avec ceux d’un groupe témoin, dont les membres continuaient de percevoir les allocations-chômage traditionnelles.

Si la proportion de chômeurs ayant retrouvé un emploi est sensiblement la même (43,7 % pour les bénéficiaires du revenu universel contre 42,85 % pour ceux n’en disposant pas), l’enquête a néanmoins mis en lumière des disparités au niveau du moral et de la santé psychologique.

Ainsi, 55 % des participants au projet pilote ont déclaré se sentir en bonne ou en très bonne santé, contre 46 % chez les membres du groupe témoin.

Les bénéficiaires du revenu universel ont également fait part de niveaux de stress bien inférieurs à ceux constatés chez leurs homologues touchant les indemnités habituelles.

Une expérience qui démontre que le revenu universel - que des pays comme l’Écosse ou l’Espagne envisagent d’adopter - peut s’avérer bénéfique à bien des égards, et encourager les demandeurs d’emploi à réintégrer la vie active.

Plus d'articles