Les araignées peuvent voler sur de très longues distances grâce... à l'électricité de notre atmosphère

Par
1 262
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Les araignées peuvent voler en utilisant leur soie comme voile guidée par les champs électriques de l'atmosphère et cela, sur d'importantes distances.

Arachnophobes s'abstenir  ! Dans un article de la revue scientifique Current Biology, on apprend que les araignées peuvent voler sur des distances phénoménales. En 1832, un jeune homme, naturaliste, du nom de Charles Darwin avait déjà observé ce phénomène. À plusieurs kilomètres des côtes argentines, il avait vu le pont de son bateau se faire envahir par des milliers d'arachnides.

Mais comment font-elles  ? Depuis plusieurs années, de nombreuses observations ont été effectuées permettant de se rendre compte du phénomène. Grâce à ces études, on a pu remarquer que certains spécimens se sont déplacés de plusieurs centaines de kilomètres de leur point de départ.

Images d'illusatrations d'araignées Crédit : Shutterstock/Protasov AN

La méthode est connue de tous  : les araignées se servent de la technique dite de la « montgolfière » et/ou « balloonig » en anglais. Si un danger s'approche, l'araignée se place sur un espace surélevé, se redresse sur ses huit pattes, pointe son abdomen vers le ciel et lance une toile en fils de soie, très fine, pour s'en servir de voile.

De l'électricité dans l'air

Dans l'étude nouvellement publiée par deux chercheurs de l'université de Bristol, Eric Moley et Daniel Robert, on y apprend donc ce qui permettait aux araignées de parcourir ses longues distances dans les airs.

Les recherches ont permis de montrer que les araignées sont capables de détecter les champs électriques ainsi que les changements dans l'environnement électrostatique pour lui permettre de voler. Les araignées ressentent ces changements grâce à leurs poils, comme nous quand on nous frotte un ballon de baudruche sur les cheveux.

Au moment où l'araignée éjecte sa toile, les fils sont chargés négativement, tout comme la surface sur laquelle l'araignée se tient. Comme deux aimants de mêmes forces, la toile et la surface se repoussent permettant à l'arachnide de décoller dans l'air qui est, lui, chargé positivement.

Darwin avait donc vu juste en supposant que les araignées savaient voler. Qu'on aime ou non les araignées, il faut avouer que la nature est bien faite.

Source : Current Biology
Commentaires