Les restes d'une forêt tropicale fossilisée, vieille de 280 millions d'années, découverte par des chercheurs en Antarctique

Par
1 200
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Des chercheurs viennent de découvrir, au beau milieu de l'Antarctique, les restes de ce qui, jadis, devait être une forêt luxuriante. Bien qu'aujourd'hui totalement fossilisés, ces arbres ont pourtant poussé, il y a 280 millions d’années, sur ce continent aujourd'hui couvert de glace. Une passionnante découverte qui pourrait donner de nouvelles clés pour mieux comprendre la grande extinction du Permien-Trias, qui a profondément changé le visage de la planète.

Erik Gulbranson / Live Science

Bienvenue en Antarctique. Venez découvrir ses fjords, sa banquise, ses manchots, ses montagnes gelées.. et ses luxuriantes forêts tropicales primaires.

Des forêts ? Et oui : un groupe de chercheurs vient tout juste de découvrir des arbres, en plein milieu du « continent blanc » ! N'espérez pas, cependant, pouvoir passer vos prochaines vacances à l'ombre d'un petit bosquet à proximité immédiate du pôle sud : car les forêts que l'on trouve en Antarctique sont vieilles de 280 millions d’années, et sont profondément enfouies sous la glace, sous forme de fossiles. 

« L'Antarctique préserve l'histoire biologique d'écosystèmes polaires qui s'étalent sur 400 millions d'années, ce qui représente en somme l'intégralité de l'évolution des plantes, » explique Erik Gulbranson, chercheur en paléoécologie à l'Université du Wisconsin, au magazine scientifique Live Science. Lui et son équipe s'étaient rendus en Antarctique pour entreprendre des fouilles afin d'en savoir un peu plus sur l'extinction massive du Permien-Trias, survenue il y a environ 252 millions d’années. Au cours de cet épisode, qui marque la fin du Permien et le début du Trias, une destruction massive d'espèces a eu lieu à cause de changements climatiques brutaux, exterminant 90% des espèces marines et 70% des espèces terrestres.

Mais alors que les scientifiques exploraient les glaces de l'Antarctique à la recherche d'indices géologiques, ils ont découvert les restes de treize arbres fossilisés, tout ce qui reste de ce qui, jadis, devait être une forêt. 

Ces arbres auraient été recouverts par des cendres volcaniques, ce qui explique pourquoi ils ont été aussi bien conservés. Il s’agit de Glossopteris, une espèce d'arbre aujourd'hui éteinte dont les spécimens pouvaient mesurer jusqu'à 40 mètres de haut, et qui peuplaient massivement l’hémisphère Sud pendant toute la période du permien.

United States Geological Survey (USGS)

Il est difficile pour nous d'imaginer que le continent blanc était, il y a très longtemps, tout vert. Pourtant, ce n'est pas là l'aspect le plus important de cette découverte, car les scientifiques savent depuis longtemps que l'Antarctique n'a pas toujours été le désert de glace qu'il est aujourd'hui, puisqu'il faisait partie du Gondwana, avant la dérive des continents. 

Grâce aux conditions climatiques particulières qui ont entouré leur fossilisation, la qualité de préservation de ces arbres (dont les structures ont été conservées intactes jusqu'au niveau moléculaire ) est telle qu'elle pourrait permettre aux chercheurs d'obtenir de précieuses informations sur la manière dont la grande extinction du Permien-Trias s'est déroulée, et sur l'aspect que pouvait avoir notre planète en ces temps reculés.

Valentina Sampaio devient le premier mannequin transgenre de la marque Victoria's Secret
Source : Live Science
Commentaires