Mis en quarantaine dans une station de ski suisse, 200 vacanciers britanniques s'échappent en pleine nuit !

2 951partages

Visiblement peu satisfaits des mesures sanitaires prises à leur encontre, 200 vacanciers en provenance de Grande-Bretagne qui résidaient dans la station de ski très courue de Verbier ont refusé la quarantaine de dix jours qui leur était imposée et se sont échappés incognito.

Des vacances particulières

Une chose est sûre : les vacances de ces touristes britanniques ont pris une tournure pour le moins surprenante ! Alors qu'ils étaient venus passer une partie du mois de décembre en Suisse, ceux-ci ont été mis en quarantaine dans leurs chambres d'hôtel respectives… jusqu'à ce que la moitié d'entre eux s'enfuient au terme du premier jour d'isolement !

Ce dimanche 27 décembre, la commune de Bagnes, en Suisse, a en effet annoncé que pas moins de 200 touristes en provenance du Royaume-Uni, confinés dans la station de ski locale, ont fait le choix de s'échapper en pleine nuit de leur lieu de résidence d’une façon qui ferait pâlir Michael Scofield.

Image d'une station de ski dans les Alpes. Crédit : ventdusud/ Shutterstock

La grande évasion

D'après le journal suisse SonntagsZeitung, environ 400 touristes britanniques se trouvaient sur place. C’est donc la moitié de cet effectif qui a fui la station Verbier dans le plus grand secret dans la nuit du samedi 26 décembre au dimanche 27 décembre, ce que le personnel n'a découvert que le lendemain, en constatant que les résidents n'avaient pas touché aux plateaux-repas qui leur avaient été déposés. Quarantaine oblige, les repas leur étaient apportés pour leur éviter de sortir et limiter un risque éventuel de propagation du coronavirus.

Selon Jean-Marc Sandoz, chargé de communication de la commune, dont les propos ont depuis été relayés par différents médias : « On ne peut pas leur en vouloir. Dans la plupart des cas, la quarantaine était intenable ».

Des conditions de quarantaine compliquées

Il aurait été demandé aux vacanciers de la station Verbier de rester enfermés dix jours, et parfois jusqu'à quatre personnes dans des chambres de vingt mètres carrés, rendant les conditions de ce confinement préventif difficiles aux yeux d'un certain nombre d'entre eux.

Cette mesure sanitaire ayant motivé les résidents à fuir ni vu ni connu découle directement de la découverte du variant de la COVID-19 outre-Manche qui inquiète depuis plusieurs jours, d'autant que l'afflux de touristes britanniques en Suisse est conséquent à cette période de l'année.

Source : SonntagsZeitung
Plus d'articles
À lire aussi