Le foie gras sera désormais interdit à la commercialisation à New York dès 2022

3 016partages

Polémique en vue outre-Atlantique. Alors que l’on célèbre à peine Halloween, certains pensent déjà aux fêtes de fin d’année et au repas de Noël. Noël et ses traditionnelles dindes, huîtres ou encore foie gras. Sauf que cela pourrait bientôt changer. Du moins, à New York.

 Crédit : Shutterstock 

Le foie gras a toujours été un produit alimentaire très contesté par les défenseurs des droits des animaux, que cela soit en France ou dans le reste du monde. Certains pays ont même pris une décision radicale en interdisant complètement la vente de foie gras, comme le Royaume-Uni, le Danemark ou en encore l’Australie. Cette fois-ci, c’est au tour de la plus grande ville des États-Unis de voter pour l’interdiction de la commercialisation totale du foie gras après l'État de la Californie.

Mercredi 30 octobre, le conseil municipal de la ville de New York, dont le maire est Bill de Blasio, a adopté un texte visant, non seulement l’interdiction de commercialiser du foie gras, mais aussi d’en servir dans les restaurants ou même d’en posséder. La loi devrait entrer en vigueur dès la fin de l’année 2022.

Ce n’est pas tellement une surprise que le vote de ce texte de loi déposé en début d’année ait été un succès. La majorité des élus avait déjà affiché son soutien au projet de loi. La Grosse Pomme rejoint ainsi l’État californien dans lequel la commercialisation de foie gras est interdite depuis le début de l’année 2019.

Un projet de loi qui fait débat

Un projet de loi qui fait débat et qui verra les contrevenants payer des amendes allant de 500 dollars à 2000 dollars, renouvelables toutes les 24 heures. Des mesures qui semblent très sévères et qui ne plaisent pas du tout aux commerçants de la filiale.

Deux des plus gros producteurs de foie gras de New York ont fait part de leur colère et incompréhension à nos confrères du Huffington Post. Ariane Daguin, PDG et fondatrice de D’Artagnan, qui alimente une grosse partie du marché de New York, annonce une offensive : « on va se battre. On va faire un procès », elle qui conteste la décision.

En cause, forcément, la polémique qui alimente depuis des années la façon dont les oies sont gavées, une « atrocité » selon Matthew Dominguez, conseiller politique de l’association Voters for Animals et pièce maitresse du projet de loi. Une pratique que tente de contester l’un des plus gros producteurs de l’état, Hudson Valley Foie Gras, qui assure que « la quantité de grains administrés aux canards ne dépasse pas celle qu’ils pourraient manger d’eux-mêmes », comme le rapporte le Huffington Post, et que les oies seraient dotées d’une fonction de stockage dans leur gésier.

Pas sûr que cela réussisse à convaincre les associations de défense, ni Matthew Dominguez qui avait qualifié le foie gras de « nourriture de luxe inhumaine » dans un tweet.

Outres les pertes estimées à 10% sur le chiffre d’affaires d’Ariane Danguin, ce sont tous les employés qui risquent de voir leur profession en pâtir, « une tragédie » comme le rapporte Izzy Yanay, le co-fondateur d’Hudson Valley Foie Gras qui emploie 400 employés.

Un projet qui permettrait de montrer l’exemple et de faire bonne figure sans s’attaquer réellement à la grande distribution en préférant s’attaquer aux plus petits commerces, selon les principaux intéressés : « tout élevage et production sont inhumains. Pourquoi prendre un petit comme ça ?, s’interroge Hugue Dufour, chef dans un restaurant du Queens. Ceux qui s’en tirent, c’est encore le fast-food, les grandes chaînes », conclut-il.

Aujourd’hui il existe tout de même des solutions pour contrer le gavage des oies tout en respectant l’animal. Une start-up française, Aviwell, s’engage à proposer des solutions « innovantes » et « éthiques ».

Source : Huffington Post
Plus d'articles
Dernières news