Le Conseil d'État suspend l'arrêté autorisant la prolongation de la chasse aux oies sauvages

Par
1 642
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Voté en janvier dernier et publié au journal officiel au début du mois de février, l’arrêté prolongeant la chasse à l’oie sauvage a finalement été suspendu.

C’est une décision que réclamaient et attendaient avec impatience les associations de défense des animaux. Elle est désormais actée ! Le Conseil d’État a ordonné ce mercredi la suspension immédiate d’un arrêté, qui autorisait la prolongation de la chasse aux oies sauvages.

Le Conseil d’État suspend l’arrêté autorisant la prolongation de la chasse aux oies sauvages. Crédit photo : Glenn Krahulic / Shutterstock

Cette autorisation prévoyait un quota de 4 000 oies supplémentaires pour les chasseurs français, leur permettant ainsi de chasser l'oiseau migrateur sur le territoire tout au long du mois de février, à l’exception de l’Alsace. Une décision qui allait à l'encontre d'une directive de l'UE stipulant que la date officielle de fermeture de cette chasse controversée intervient le 31 janvier.

Pour justifier sa décision, le Conseil - qui avait été saisi au préalable par plusieurs associations dont One Voice et la Ligue de protection des oiseaux - a considéré que les arguments avancés par le gouvernement n’étaient pas suffisants pour autoriser cette dérogation.

« (Le gouvernement) fait état des risques, au regard notamment de l'équilibre des écosystèmes, que présenterait la prolifération des espèces d'oies, en particulier au Nord de l’Europe (…) Cependant il n'établit pas (...) qu'il n'existerait aucune autre solution satisfaisante, qui pourrait notamment être mise en oeuvre dans les Etats européens les plus concernés par les risques allégués, ni que les prélèvements par tir autorisés constitueraient une "exploitation judicieuse de certains oiseaux en petites quantités" lui permettant de déroger au principe de protection complète des espèces migratrices », ont ainsi expliqué les membres du Conseil, à l’issue de leur audience qui s’est tenue en urgence mardi.

Cette décision a évidemment été saluée comme il se doit par les associations ayant mené ce combat, à commencer par One Voice qui s'est fendu d'un laconique mais ô combien symbolique « victoire » sur son compte Twitter.

Même son de cloche pour la LPO-Agir pour la biodiversité qui s'est félicité de ce succès, tout en prenant soin de rappeler que l'association avait, « pour la douzième fois, fait condamner l’Etat, décidément obstiné sur ce sujet ».

Une médaille décernée aux jeunes adolescents qui avaient rendu 4 000 euros trouvés dans le RER
Source : France Info
Chasse Conseil d'État Edouard philippe Chasseurs
Commentaires