Pourquoi le vendredi 13 porte-t-il à certains la poisse et à d'autres la chance ? On vous explique d'où ça vient...

Par
548
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Le vendredi 13 n’est pas un jour anodin. Dans certaines cultures, ce jour est à rayer des calendriers comme la date du malheur par excellence ; tandis que dans d’autres, il est synonyme de bonheur.

 

Une phobie bien ancrée dans la société

Tout d’abord, le vendredi 13 est le jour le plus fréquent du calendrier géorgien. Il revient entre 1 à 3 fois par an.

La phobie est tellement ancrée dans les mentalités qu’un nom a été spécialement inventé pour nommer la peur du vendredi treize : la parakévidékatriaphobie ! C’est dire…


@historiatv


Les personnes souffrant de cette phobie ne partent pas en vacances, ne font les courses, ne vont pas travailler à cette date. Ils ne sortent pas de chez eux. Un économiste s’est rendu compte que les jours de vendredi 13 avaient un impact négatif sur la consommation…

@fotolia


… Sauf sur celle des jeux d’argent
et autres organismes lucratifs basés sur le hasard qui voient chaque vendredi 13 une hausse de leur profit. Ce jour est prisé par les organismes de jeux d’argent profitant d’un climat plein de superstition pour animer les joueurs avec des super cagnottes.

Dans les métiers du service, le nombre 13 est également pris très au sérieux. Pour ne pas alimenter les peurs de leur clientèle, des établissements ont tout bonnement retiré le numéro 13 de leurs places d’avion ou chambres d’hôtel. Quelques rues suivent le même principe et ne possèdent pas de numéro 13 remplacé par un 12 bis.

@jesuiscultive
Mais d’où viennent les superstitions au sujet du vendredi 13 ?

L’encre coule à flot quand il s’agit de trouver les origines de cette date particulière. D’après plusieurs théoriciens et historiens, la malchance accolée à cette date est un amalgame de deux superstitions différentes : le jour du vendredi et le nombre 13.

Voici un petit condensé des explications plausibles faisant du vendredi 13 une date lugubre.

Dans la religion chrétienne, Jésus serait mort crucifié un vendredi (nommé le vendredi saint). La vieille, accompagnée de ces apôtres, il rompit le pain pendant la Cène (tiré du latin cena, dîner) accompagné de Judas, le 13ème à s’assoir à la table. Judas est l’apôtre qui trahit Jésus le dénonçant aux Romains. Depuis, être treize autour d’une table porte malheur.

Dans la mythologie nordique, le nombre 13 est connoté négativement à cause de deux légendes.

La première est celle d’Odin, le dieu des guerriers. Odin habite au Valhalla (le paradis, ndlr) et a convié à une réception onze dieux. Le dieu de la guerre et du mal est terriblement mécontent de ne pas avoir été invité. Cependant, il alla quand même à la fête ce qui déplut au fils d’Odin, Balder, dieu de l’amour, qui le chassa. Le dieu de la haine face au dieu de l’amour, ennemis jurés, déclenchèrent une bataille où Balder fut tué par la flèche empoisonné de Loki. Ce mythe nordique décrit autrement pourquoi inviter 13 convives à une soirée est une mauvaise idée.

@wikipedia

La deuxième légende est celle de Frigga, la reine des Dieux, la déesse de l’amour et de la fertilité, de la Lune et de la mer, célébrée chaque vendredi. Son autre nom est Freya racine du terme « Friday » due aux acclamations de « Freya’s day ». Avec la montée du christianisme, la reine des Dieux perd son statut jusqu’à être considérée comme une sorcière. Les racontars évoquent que la sorcière bannie au sommet d’une montagne se venge tous les vendredis en invitant le diable et 11 sorcières pour jeter des mauvais sorts.

 

Dans la Grèce antique,  le 13 correspond au déséquilibre contrairement au 12 qui est l’accomplissement et l’harmonie parfaite en référence aux 12 Dieux de l’Olympe, aux 12 mois de l’année, aux 12 heures du jour et de la nuit, aux 12 signes du Zodiaque, etc.

En Rome antique, le 13 était généralement réservé aux exécutions ce qui conforte les appréhensions négatives sur ce nombre.

Le jour de la scoumoune change d’une culture à une autre. Par exemple, en Amérique Latine, c’est le mardi 13 qui hérisse les poils et donne la chair de poule, en Italie, le jour à honnir est le vendredi 17 et en Chine, le chiffre 4 a une prononciation proche du mot « mort » à faire pâlir les plus superstitieux.

Et pour vous, le vendredi 13 est plutôt à bénir ou à honnir ?

Le chat-renard, une nouvelle espèce sauvage a été recensée en Corse
Source : L'internaute
Commentaires