Des chercheurs préconisent la plantation de forêts pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique

Par
3 730
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Des milliards d’arbres pour lutter contre le réchauffement climatique, voici la solution proposée par des chercheurs suisses. Explications.

Qu’on le veuille ou non et n’en déplaise aux climatosceptiques, le réchauffement climatique est une réalité qui en font l’un des défis majeurs auxquels sera confronté l’humanité dans les décennies qui viennent.

Si le phénomène en effraie plus d’un au point d’envisager les pires scénarii catastrophes, il n’est pas encore trop tard pour s’attaquer de front au problème et espérer un jour inverser la tendance.

Crédit photo : AustralianCamera / Shutterstock

Une solution qui permettrait de « limiter le réchauffement climatique à 1,5° d’ici 2050 »

C’est pourquoi de nombreux chercheurs se sont penchés sur les alternatives dont nous disposons pour l'endiguer. C’est le cas notamment de Thomas Crowther, pensionnaire de l’École polytechnique de Zurich qui propose une solution à grande échelle mais qui parait finalement assez logique.

Le scientifique préconise en effet de planter 1200 milliards d’arbres sur la planète, ce qui serait, selon lui, « la meilleure solution face au réchauffement climatique ».

Dans une étude qu’il a co-écrite avec plusieurs de ses collègues, il considère ainsi cette solution comme « optimiste » car elle permettrait de « limiter le réchauffement climatique à 1,5° d’ici 2050 ».

C’est en se basant sur des photos satellites, à partir desquelles il a pu constater que la Terre pouvait couvrir « 0,9 milliards d’hectares de forêt supplémentaires » - soit la superficie des États-Unis -, que Thomas Crowther a imaginé ce scénario.

L’idée pourrait paraitre saugrenue aux yeux de certaines personnes mais elle relève pourtant du bon sens.

Les arbres absorbant naturellement le carbone, qui est le principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique, il semble évident qu’en avoir davantage sur la planète limiterait l’empreinte carbone globale.

En résumé, plus il y aurait de forêts, moins il y aurait de CO2 dans l’atmosphère, ce qui pourrait éviter que les températures n’augmentent de manière significative.

Selon Thomas Crowther, qui estime le coût d’un tel projet à 300 milliards de dollars, les arbres pourraient ainsi absorber « deux tiers des quelque 300 gigatonnes de carbone émis par les humains dans l’atmosphère depuis les années 1800 ».

Cependant, cette solution « miracle » est loin de faire l’unanimité car elle ne va pas de soi aux yeux de certains spécialistes

Ainsi, l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) tient à rappeler que les forêts ne sont pas nécessairement toutes des « puits de carbone » et que la capacité des arbres à emmagasiner le CO2 dépend de nombreux facteurs.

Pis encore, certaines forêts peuvent même « devenir temporairement des émettrices de CO2 lors d’une sécheresse prolongée » par exemple, selon l’Inra.

D’autre part, poursuit l’Institut, les incendies de forêt « peuvent envoyer dans l’atmosphère en quelques heures tout le CO2 qu’une forêt a patiemment accumulé au fil des décennies ».

Vous l’aurez compris, les arguments du pour et du contre s’affrontent à coup de démonstrations pertinentes, un peu à l’image finalement du débat sur le réchauffement climatique, lequel n’a pas fini d’alimenter les controverses.

Source : Science
Rechauffement climatique Climat Arbre Forêt
Commentaires