Il refuse de faire le ménage pendant 30 ans, la justice le condamne à verser 60 000 euros à son ex-femme

5 218partages

Au Portugal, un homme a récemment été condamné à verser des dizaines de milliers d'euros d'indemnités à son ex-femme pour avoir refusé d'aider cette dernière à la maison durant leur mariage. Du jamais vu en Europe ! Détails.

Tout finit par se payer tôt ou tard !

C’est probablement ce qu’a dû se dire ce père de famille portugais lorsque la justice de son pays l’a condamné à verser des indemnités à son ex-femme, pour ne pas avoir participé aux tâches ménagères durant des années.

Pendant 30 ans, cet homme a en effet refusé de faire le ménage à son domicile, laissant son épouse s’occuper seule du foyer.

Crédit photo : B-D-S Piotr Marcinski / Shutterstock

Il refuse de faire le ménage pendant 30 ans, la justice le condamne à verser 60 000 € d'indemnités à son ex-femme

Cette paresse lui a donc coûté cher puisque le tribunal de Barcelos (commune située au nord du Portugal) a donné raison à son ex-femme le 24 mars dernier, en le condamnant à payer à cette dernière la bagatelle de 60 782 euros.

Une décision justifiée par le fait que le mari a profité de son temps libre pour s’enrichir, au lieu d‘aider son épouse qui, accaparée par son travail à domicile, n’a pu en faire de même.

Ce verdict constitue une première en Europe !

La justice a fixé le montant du dédommagement en se basant d’abord sur le salaire minimum au Portugal, puis sur le temps passé par cette femme à faire le ménage durant les années de mariage du couple.

« Lorsque le travail domestique est réalisé exclusivement ou principalement par l’un des membres du couple, et ce sans compensation, il en résulte un appauvrissement réel de cette personne, et, inversement, un enrichissement automatique du membre du couple qui se voit ainsi libéré par l’autre des travaux domestiques, car cette libération lui permet de bénéficier du résultat de ce travail gratuitement », a ainsi considéré le tribunal, selon Mediapart.

Cette condamnation, qui pourrait bien faire jurisprudence à l’avenir en Europe, n’est pas sans rappeler celles similaires survenues récemment en Argentine et en Chine.

Les paresseux n’ont qu’à bien se tenir !

Source : Publico