Seychelles : une espèce d'oiseau, disparue il y a 136 000 ans, refait son apparition et réitère l'évolution de ses ancêtres 

Par
13 426
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Disparu depuis plus de 100 000 ans sur l'île d'Aldabra, un oiseau est pourtant réapparu il y a peu sur ce petit ilot des Seychelles. Explications.

Il semble être revenu d’outre-tombe ! Disparu depuis plus de 100 000 ans sur l’île d’Aldabra, située dans l’archipel des Seychelles, le râle de cuvier est récemment réapparu dans ce petit atoll de l’océan indien. C'est ce que nous apprend en effet une étude parue dans le Zooligical Journal de la Linnean Society.

Cette espèce d’oiseaux, issue de la famille des Rallidae, y vivait en effet jadis avant de disparaître il y a 136 000 ans, lorsque l’îlot fut submergé.

Originaire de Madagascar, le râle peuplait à l’époque les forêts tropicales inhabitées d’Aldabra. À l’image des kiwis ou des wekas en Nouvelle Zélande, il a perdu sa capacité à voler au cours de son processus d’évolution et n’a donc pas survécu à la submersion de l’île, aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Crédit photo : Charles J Sharp

Le processus d’évolution se répète

Pourtant, malgré cette disparition attestée depuis 100 millénaires, le râle, qui n’est pas une espèce éteinte - on en trouve toujours en territoire malgache mais aussi aux Comores et à Mayotte -, est subitement réapparu sur l’île d’Aldabra, de nouveau accessible suite à la baisse du niveau des eaux.

L’oiseau a donc colonisé les lieux par deux fois dans l’histoire, ce qui surprend les scientifiques qui ont comparé des os fossilisés datant d’une période antérieure à l’engloutissement avec des ossements plus récents.

Et ce qu’ils ont découvert est assez stupéfiant ! L’animal a ainsi réitéré l’évolution vécue jadis par ses ancêtres disparus, perdant peu à peu la mobilité de ses ailes, pour s’adapter de nouveau à son habitat naturel

 « Cela prouve qu'à partir d'un ancêtre unique, venant probablement de Madagascar, le râle de cuvier a su s'établir sur ces îles à deux reprises, espacées dans le temps de plusieurs milliers d'années. Et les deux fois, il a perdu sa capacité à voler  », confirme ainsi le paléon­to­lo­giste Julian Hume, interrogé par nos confrères britanniques du Daily Mail.

« Ce proces­sus où des espèces distinctes ayant des adap­ta­tions simi­laires ou paral­lèles se déve­loppent à partir du même ancêtre, à diffé­rents moments dans le temps, est appelé 'évolu­tion itéra­tive' », précise l’intéressé.

Un phénomène extrêmement rare ! C’est d’ailleurs la première fois qu'il est observé de la sorte chez le râle et, plus généralement, chez les oiseaux.

Archipel
Commentaires