Tchernobyl : 35 ans après la pire catastrophe nucléaire du monde, la centrale pose de nouveaux problèmes aux scientifiques

1 117partages

Les scientifiques qui surveillent la centrale nucléaire de Tchernobyl affirment que des réactions de fission nucléaire se produisent à nouveau dans les vestiges du hall du réacteur, quelque 35 ans après l'explosion du cœur.

Crédit : M101Studio / Shutterstock

À voir aussi

Des capteurs surveillant les masses de combustible d'uranium enfouies dans les salles du sous-sol du réacteur ont détecté des niveaux croissants de neutrons, signalant que le processus de fission utilisé pour créer de l'énergie nucléaire se produit dans l'une des salles inaccessibles de la centrale. Bien que les niveaux augmentent lentement, les scientifiques s'efforcent de déterminer la cause de cette activité et les mesures à prendre pour prévenir le risque d'une nouvelle fuite de radiations de la centrale.

Maxim Saveliev, chercheur à l'Institut des problèmes de sécurité des centrales nucléaires de Kiev, en Ukraine, a déclaré qu'il existait « de nombreuses incertitudes » quant à la situation à l'intérieur des restes du réacteur, ajoutant que « nous ne pouvons pas exclure la possibilité d'un accident ».

On pense qu'environ 95 % du combustible d'origine du réacteur a coulé dans les sous-sols de la centrale après la catastrophe d'avril 1986, formant des matériaux contenant du combustible (FCM) solides. Un an après l'explosion, un sarcophage en béton et en acier a été placé au-dessus des restes du réacteur pour contenir les radiations des FCM, et un nouveau dôme plus grand et plus sûr a été installé en 2016 pour un coût de plus de 1,5 milliard d'euros.

Depuis lors, le nombre de neutrons s'est stabilisé dans la plupart des parties de la centrale, mais Science Magazine rapporte que dans la pièce concernée, les niveaux ont presque doublé en quatre ans. S'adressant au magazine, Neil Hyatt, chimiste spécialiste des matériaux nucléaires, a décrit la situation à l'intérieur du hall du réacteur comme « semblable aux braises dans une fosse de barbecue ».

Crédit : PRESSLAB / Shutterstock

Les autorités s’efforcent de limiter l’impact de la radioactivité sur l’environnement

L'Ukraine étudie depuis plusieurs années les moyens d'éliminer les FCM avant qu'ils n'atteignent des niveaux critiques, et devrait publier des propositions à cet effet dans le courant de l'année. Les niveaux actuels de radiation signifient qu'il est trop dangereux pour l'homme de se rendre sur place pour stabiliser les FCM à l'origine de la réaction de fission. L'une des options envisagées consiste à développer un robot capable de résister aux radiations pour insérer des cylindres de bore dans les dépôts.

Bien qu'il n'y ait aucun risque de retombée nucléaire à l'échelle du continent comme celle de 1986, Hyatt affirme qu'une augmentation exponentielle de la fission pourrait provoquer « une libération incontrôlée d'énergie nucléaire », les experts craignant qu'une explosion ne provoque un effondrement partiel de l'ancien sarcophage, remplissant ainsi la centrale nucléaire de poussière radioactive.

Plus de quarante ans après la pire catastrophe nucléaire du monde, Tchernobyl continue donc de poser de nouveaux problèmes aux scientifiques qui s'efforcent de la contenir.

Source : UNILAD
Plus d'articles
À lire aussi