Des traces des essais nucléaires retrouvées dans le miel américain !

Bouton whatsapp

Des étudiants géologues en Virginie ont relevé des marqueurs radioactifs dans le miel vendu aux Etats-Unis.

À voir aussi

crédit : Shutterstock / Repina Valeriya

C’était il y a plus d'un demi-siècle, et pourtant, les conséquences sont toujours présentes de nos jours. Dans une étude publiée fin mars par la revue scientifique Nature Communications, le géologue Jim Kaste affirme avoir mesuré des isotopes radioactifs dans certains aliments tels que le miel. Mais pas de panique, ces mesures ne sont pas considérées comme dangereuses pour l’homme et vous pourrez toujours vous faire plaisir avec un croque monsieur au chèvre et au miel.

« J’ai refait la mesure car j’ai pensé que mon détecteur était détraqué »

Les échantillons prélevés dans les pots de miel indiquaient que la quantité de cet isotope radioactif, le césium 137, était 100 fois supérieure à celle d’autres aliments. « J’ai refait la mesure car j’ai pensé que quelque chose était arrivé au récipient ou que mon détecteur était détraqué », pensait le chercheur principal de l’étude, Jim Kaste. Le plus haut taux radioactif a été trouvé dans un pot de miel de Floride avec 19,1 becquerels par kilogramme. Cependant, on ne s’inquiète pas car cette quantité est très faible (la limite est de 1 200 becquerels par kilo) donc on n’est pas obligé de bannir les plats américains de nos assiettes !

Ces particules radioactives proviennent des essais nucléaires que les États-Unis ont organisé dans les années 1950-1960 sur leurs sols. On peut donc imaginer que le risque était beaucoup plus important avant les années 2000 et que le miel aurait pu être dangereux pour les consommateurs. On est finalement rassuré parce qu'on adore le miel dans tous nos plats comme ces brochettes de crevettes accompagnées d'une sauce sucrée !

Source : Le Point
Bouton whatsapp