Un grand patron lyonnais veut sortir de la rue les 3 000 sans-abri de Lyon

65Kpartages

Un riche patron de Lyon ambitionne de sortir tous les SDF lyonnais de la rue. Un pari un peu fou placé sous le signe de la solidarité.

Connu pour sa philanthropie et son humanisme, l’homme d’affaires lyonnais Alain Mérieux s'est lancé dans un projet ambitieux, dont le but est de sortir de la rue les 3 000 sans-abri de la métropole de Lyon (Rhône).

C’est par le biais de son « Entreprise des Possibles » - une plateforme qui met en lien des sociétés locales et des associations aidant les plus démunis – que le patron du groupe pharmaceutique bioMérieux espère tenir cet engagement, dans les trois ans.

Crédit photo : Roman Bodnarchuk / Shutterstock

« Comment peut-on accepter d’avoir des femmes et des enfants à la rue (…) c’est de la folie de ne pas s’en occuper »

Un chantier titanesque qui n’effraie pas l’intéressé, lequel a décidé de s’attaquer au problème avec la volonté de « mobiliser les entreprises et surtout leurs collaborateurs qui ont soif d’autres choses que l’économie ». En résumé, mettre à profit une partie de ses ressources au service de ceux qui en ont le plus besoin.

« Si on ne se fixe pas d’objectifs ambitieux, on est sûr d’échouer (…) Comment peut-on accepter d’avoir des femmes et des enfants à la rue, de laisser des jeunes glisser hors de la société ? C’est de la folie de ne pas s’en occuper », avait-il lancé le 28 novembre dernier en dressant un premier bilan de son initiative.

Âgé de 81 ans, celui dont la fortune colossale est estimée entre 4 et 5 milliards d’euros a fait des émules avec son projet solidaire, qui compte désormais 38 entreprises partenaires, contre 22 à ses débuts.

Ces dernières devraient apporter environ 400 000 euros par an pendant 3 ans pour mener à bien cette initiative.

Mais comment ça marche ? L’Entreprise des possibles a mis en place des protocoles avec les entreprises adhérentes afin que celles-ci puissent disposer de trois leviers susceptibles de faire bouger les choses.

Les salariés peuvent d’abord faire des dons de congés payés, monétisés et abondés par l‘employeur. Ensuite, ces salariés peuvent exercer des missions de bénévolat sur leur temps de travail, lesquelles seront abondées par l’employeur en tant que temps supplémentaire. Enfin, des locaux temporaires seront mis à disposition des entreprises afin d’accueillir des sans-abri.

Et ça fonctionne ! Depuis le lancement, trois projets concrets ont d’ores et déjà été réalisés :

  • Un village provisoire de conteneurs pouvant accueillir 80 personnes.
  • Une structure d’hébergement et de formation aux métiers du bâtiment destinée aux jeunes qui s’apprêtent à quitter l’Aide sociale à l’enfance (ASE).
  • Enfin, un dispositif prévu pour aider et encadrer des personnes en situation précaires qui souhaitent créer une entreprise dans le secteur de la restauration.

« Ce mouvement va s’amplifier fortement dans les années qui viennent, c’est l’engagement que je prends (…) Je me donne trois ans pour réussir », a ainsi promis l’homme d’affaires il y a quelques semaines.

Selon les chiffres fournis par l’Entreprise des possibles, pas moins de 3 000 personnes, dont 310 enfants et 700 mineurs isolés, dorment dans la rue à Lyon.

Source : France 3
Plus d'articles