Des croix gammées taguées sur des portraits de Simone Veil et plusieurs actes antisémites répertoriés

Par
3 887
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

En l'espace d'une semaine, plusieurs inscriptions antisémites ont été découvertes à Paris et notamment des croix gammées, taguées sur des portraits de Simone Veil. Un lieu dédié à la mémoire d'Ilan Halimi a également été profané, en banlieue parisienne.

C'est d'abord la chaîne de restaurant Bagelstein qui a été visée la semaine dernière à Paris. Dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 février l'un des restaurants de la franchise a en effet été vandalisé sur le boulevard de Courcelles. « La pourriture juive se répand », telle est l'inscription nauséabonde que les propriétaires ont retrouvé, inscrite au marqueur jaune, sur la vitrine de leur échoppe.

Deux jours plus tard, c'est un autre restaurant de l'enseigne, situé sur l'île Saint-Louis, qui était victime d'inscriptions antisémites, rappelant des heures sombres. « Juden » (« juifs » en allemand) pouvait-on lire ainsi sur la devanture. En 9 années d'existence, les gérants n'avaient jamais vu ça.

Ces derniers ont porté plainte et le parquet de Paris a ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale. Le lendemain, deux portraits de Simone Veil étaient à leur tour vandalisés. Dessinés sur des boîtes aux lettres de la mairie du XIIIe arrondissement de la capitale, ces peintures à l'effigie de l'ancienne déportée devenue ministre ont été taguées avec des croix gammées, symboles du nazisme. Ces oeuvres avaient été réalisées l'an dernier à l'occasion de la panthéonisation de Simone Veil, décédée le 30 juin 2017.

L'auteur de ces portraits, Christian Guemy (alias « C215 ») s'est indigné sur son compte Twitter, tout comme le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Anne Hidalgo a également fait part de son émoi et a annoncé que la mairie de Paris allait porter plainte.

Ce lundi, Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), a lui aussi dénoncé des inscriptions antisémites, en publiant une photo d'un garage se situant dans le 1er arrondissement de Paris, sur lequel a été tagué la phrase suivante: « Macron Jews' Bitch » Macron pute des Juifs » en anglais). Il dit avoir saisi le procureur de Paris et le préfet de police.

Le Dilcrah a par ailleurs « appris avec effarement la profanation des arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi à Sainte-Geneviève des Bois ». Ces arbres rendaiant hommage au jeune homme torturé à mort en 2006 par Youssouf Fofana et son «gang des barbares». Le maire de la commune, Frédéric Petitta, a déposé plainte.

Selon le ministre de l'Intérieur, les actes antisémites ont augmenté de 74% en 2018.

Source : France Inter
Commentaires