“Abrège Frère”, le phénomène TikTok qui crée la polémique chez les influenceuses

Bouton whatsapp

Depuis quelques semaines, le compte “Abrège Frère” a fait un tel buzz qu’il s’est aussi retrouvé au centre de la polémique. Plus souvent ciblées par le phénomène viral, les influenceuses dénoncent un élan de misogynie sur les réseaux sociaux !

Le format est simple mais efficace ! Las des stories à rallonge, un créateur de contenus est devenu célèbre du jour au lendemain avec un concept déjà existant outre-Atlantique : Abrège Frère ! Sur ce compte, l’internaute s’amuse à reprendre des stories d’influenceurs et influenceuses pour les raccourcir et ramener le contenu à l’essentiel !

Le créateur, surnommé “Chinois Français” met surtout en avant le gain de temps conséquent permis grâce à ses résumés. Il se contente de prendre le début d’une story avant de la couper et de faire une synthèse en quelques phrases. Il finit alors son résumé en sirotant une gorgée de café, en guise de running gag.

@abregefrere Abrege stp @NYACHAN #abregefrere #storytime #storyrtimelong son original - abregefrere

Dans une interview pour Konbini, il s’était expliqué sur l’origine de ces vidéos : "Ma petite-amie adore regarder ces storytime sur les réseaux sociaux. Donc forcément en étant à côté j'écoute et je disais souvent 'abrège'. Et pour le frère, car c'est un mot que j'utilise souvent pour dire 'mon ami' par exemple".

En effet, Chinois Français dénonce surtout les contenus inutiles où les influenceurs et influenceuses parlent pendant plus d’une minute, seulement pour avoir de la rémunération sur leur vidéo. Le concept a rapidement accumulé des millions de vues sur TikTok et a engendré une communauté de “Abrège Frère”.

Seulement voilà, la récupération du phénomène par des internautes anonymes met en péril la liberté d’expression des influenceuses. C’est en tout ce qu’elles dénoncent depuis plusieurs jours sur TikTok.

Abrège Frère, un running gag transformé en vague sexiste

En tête de gondole, on retrouve Chloé Gervais, très populaire sur TikTok : “Ton contenu a normalisé le fait de dire à des meufs qui font leur petite story time et leur tuto make-up de fermer leur bouche. A maxima, ça me dit que tu es un gros misogyne”.

En l’accusant de misogynie, l’influenceuse, petite amie supposée de Squeezie, va se prendre les foudres des internautes encore plus violemment. Insultes misogynes et menaces de mort fleurissent dans les commentaires de sa vidéo, la renvoyant à son statut de petite amie du youtubeur le plus populaire de France.

Cependant, Chloé Gervais ne s’est pas démontée face à cette vague de haine sexiste, tout en nuançant ses propos concernant Chinois Français : “Ce que je lui reproche, c’est qu’il a créé malgré lui une immense vague de harcèlement et de misogynie sur les réseaux. Quand tu as des centaines de mecs qui se ramènent sous les commentaires de tes TikTok du jour au lendemain pour t’insulter ou pour dire de fermer ta gueule tout en mentionnant Abrègefrere, c’est dur à vivre, et ça s’appelle du harcèlement”.

Une autre influenceuse, Alena Emohokage, tire dans le même sens. Si elle confie avoir apprécié le côte humoristique du phénomène à ses débuts, elle s’est vite rendue compte de ses dérives parmi sa communauté : “Dès qu’il y a une meuf qui parle pendant plus d’une minute sur TikTok et que son TikTok marche bien, vous êtes sûrs de trouver au moins cinq commentaires de personnes qui vont tagger Abrège Frère en lui disant des trucs hyper violents”.

@emohokage

@ abrège frère, parlons longtemps et parlons bien ?

original sound - alena

Ainsi, “Abrège frère” serait devenu un nouveau moyen pour les hommes sexistes et masculinistes pour réduire les femmes au silence sur les réseaux sociaux. Depuis son buzz, les comptes Abrège Frère ont été suspendus sur TikTok et Instagram, mais Chinois Français aurait réouvert une autre chaîne. Et sur la question de la misogynie, il n’a toujours pas réagi pour répondre à la polémique qu’il a créé, bien malgré lui.


Inscrivez-vous à la Newsletter de Demotivateur !
*En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir notre newsletter

Au sujet de l'auteur : Jérémy Birien

Journaliste, rédacteur en chef