« Kong : Skull Island » : Découvrez les faits réels qui ont inspiré l'histoire du primate le plus connu du cinéma

Par Demotivateur en partenariat avec Kong Skull Island
159
Partages
inscription newsletter

Newsletter

partager sur twitter

Partager sur Twitter

Cela fait presque un siècle que le personnage fantastique de King Kong, gorille géant au cœur tendre qui terrifie l’espèce humaine à grands coups de sauts et de prises d’otages sur des buildings, fait tourner la tête des réalisateurs. Porté sur le grand écran par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack pour la première fois en 1933, il fait l’objet d’une neuvième adaptation cinématographique avec « Kong : Skull Island », sorti depuis le 8 mars dernier dans nos salles obscures.

Source d’inspiration intarissable, l’histoire à l’origine de King Kong reste pourtant un véritable mystère. Mythe tenace ou faits réels ? Gregg Mitman, un professeur américain d’histoire de la médecine et de la science à Madison (États-Unis) semble avoir la réponse.

Crédit photo : Universal

« Les éléments du premier « King Kong » de 1933 sont basés sur une véritable exploration, datant de 1926 et menée par William Douglas Burden, un administrateur du Musée Américain de l’Histoire Naturelle » avance Gregg Mitman, aussi expert dans l’utilisation des animaux dans la « pop-culture ».

Fasciné par le dragon de Komodo, qu’il estimait être l’espèce animale vivante la plus proche de celle des dinosaures, l’explorateur Burden a poussé son enquête jusque sur le sol Indonésien, où il pût en effet en capturer une paire : « Lorsque Burden a ramené deux dragons de Komodo et les a placés en captivité dans le zoo du Bronx (un quartier de New York, ndlr), les deux animaux se sont immédiatement éteints » explique le professeur.

Une triste nouvelle qui en avait fini d’inspirer Merian C. Cooper, le réalisateur et producteur à l’origine du premier « King Kong » en 1933 : « J’ai immédiatement pensé à raconter une histoire similaire avec un gorille géant », dessinant des similarités entre l’histoire des dragons de Komodo et de son illustre primate, deux espèces mises en danger par son simple contact avec la civilisation.

« C’est pour cette raison que Merian C. Cooper a pensé à l’Empire State Building et à des avions quant à la mise à mort de King Kong. Ils étaient des symboles parfaits pour illustrer l’âge de la « machine », que certains craignaient déjà beaucoup à l’époque. » explique Mitman.

Crédit photo : ianfarrington.wordpress.com

Envie de vous en faire une idée par vous-même ? Rendez-vous dans les salles obscures dès aujourd’hui à l’occasion de la sortie de « Kong : Skull Island » :

VIDEO : La justice juge l'État fautif pour son inaction contre la pollution de l'air en Île-de-France, une première
Universal Brie larson